Elections européennes en France: Macron perd son pari face à Marine Le Pen, selon les premières estimations

©PhotoNews
©PhotoNews

En France, alors que l’on redoutait une forte abstention, la participation aux élections européennes était à 18h en nette hausse (plus huit points) par rapport au dernier scrutin de 2014. La participation pourrait dépasser 50 %. Mais sur base des premières estimations à la sortie des urnes, cette participation ne semble pas avoir profité au président Emmanuel Macron.

Selon les premières indications, la liste Renaissance (LREM et MoDem) emmenée par l’ancienne ministre Nathalie Loiseau arriverait derrière celle conduite par le jeune Jordan Bardellla pour le Rassemblement national. L’écart serait de deux à trois points, voire même davantage. L’extrême droite est donnée entre 23 et 25 % alors que la majorité aurait un score compris entre 19 et 22 %.

Si ces estimations étaient confirmées, ce serait une grosse claque pour le locataire de l’Elysée. Emmanuel Macron s’était lui-même fixé cet enjeu : battre à tout prix le Rassemblement national pour trouver un nouvel élan, en Europe comme en France.

En s’investissant personnellement dans la campagne, le président pourrait avoir obtenu l’effet inverse à celui recherché. Il a pu mobiliser contre lui ses adversaires.

La droite arriverait troisième, avec 11 à 13 % pour la liste LR conduite par le jeune philosophe François-Xavier Bellamy. La France insoumise est pointée à 7 ou 8 %, au même étiage que les Verts. Les socialistes, conduits par Raphaël Glucksmann, franchiraient de justesse la barre des 5 % leur permettant d’obtenir des députés au parlement européen.

Participation en hausse

La participation aux élections européennes s’élevait à 19,26 % dimanche à midi en métropole, en hausse de 3,5 points par rapport à 2014, pour ce scrutin aux lourds enjeux y compris nationaux. En 2014, le taux à la mi-journée s’établissait à 15,70 %.

Depuis 20 ans, moins d’un électeur sur deux se déplace en France pour élire les eurodéputés. Il y a cinq ans, le pourcentage de votants n’avait atteint en fin de journée que 42,4 % pour la France entière.

Près de 47 millions d’électeurs sont appelés à désigner les 79 eurodéputés français, soit cinq de plus qu’en 2014, après la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne. Les cinq derniers élus devront toutefois attendre que le Brexit soit effectif pour siéger.

Le Parlement européen compte au total 751 membres, élus par les quelque 427 millions de citoyens des 28 pays de l’Union.

Partout dans l’Union européenne, les résultats officiels ne seront publiés qu’à 23h, heure de clôture du scrutin en Italie, avec les premières estimations prévues dès 20h.

> Les dernières informations en direct

Suivez le direct sur mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite