Elections européennes en France: la droite devancée par l’extrême-droite et les Verts, selon les premières estimations

©Reuters
©Reuters

En France, alors que l’on redoutait une forte abstention, la participation aux élections européennes était à 18h en nette hausse (plus huit points) par rapport au dernier scrutin de 2014. La participation pourrait dépasser 50 %. Mais sur base des premières estimations à la sortie des urnes, cette participation ne semble pas avoir profité au président Emmanuel Macron.

Selon les premières indications, la liste Renaissance (LREM et MoDem) emmenée par l’ancienne ministre Nathalie Loiseau arriverait derrière celle conduite par le jeune Jordan Bardellla pour le Rassemblement national. L’écart serait de deux à trois points, voire même davantage. L’extrême droite est donnée entre 23 et 25 % alors que la majorité aurait un score compris entre 19 et 22 %.

Si ces estimations étaient confirmées, ce serait une grosse claque pour le locataire de l’Elysée. Emmanuel Macron s’était lui-même fixé cet enjeu : battre à tout prix le Rassemblement national pour trouver un nouvel élan, en Europe comme en France.

En s’investissant personnellement dans la campagne, le président pourrait avoir obtenu l’effet inverse à celui recherché. Il a pu mobiliser contre lui ses adversaires.

Les Verts créent la surprise avec 13 % environ. Ils devancent la liste LR conduite par le jeune philosophe François-Xavier Bellamy qui n’arrive qu’autour de 8 %. La France insoumise est pointée à 7 %. Les socialistes, conduits par Raphaël Glucksmann, franchiraient de justesse la barre des 5 % leur permettant d’obtenir des députés au parlement européen.

Participation en hausse

Près de 47 millions d’électeurs sont appelés à désigner les 79 eurodéputés français, soit cinq de plus qu’en 2014, après la décision du Royaume-Uni de quitter l’Union européenne. Les cinq derniers élus devront toutefois attendre que le Brexit soit effectif pour siéger.

Le Parlement européen compte au total 751 membres, élus par les quelque 427 millions de citoyens des 28 pays de l’Union.

Partout dans l’Union européenne, les résultats officiels ne seront publiés qu’à 23h, heure de clôture du scrutin en Italie, avec les premières estimations prévues dès 20h.

> Les dernières informations en direct

Suivez le direct sur mobile

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite