Elections 2019: large victoire du parti du hongrois Viktor Orban aux européennes

Elections 2019: large victoire du parti du hongrois Viktor Orban aux européennes

Le parti souverainiste du Premier ministre hongrois Viktor Orban est crédité d’une écrasante victoire au scrutin européen, avec 52,3% des suffrages, devançant de plus de 35 points l’opposition de centre gauche, selon un décompte réalisé sur la quasi-totalité des bulletins et publié dimanche par la presse pro-gouvernementale.

Le parti national-conservateur Fidesz de M. Orban améliore le score qu’il avait réalisé aux élections européennes de 2014 (51%) et distance très largement le parti de centre gauche DK, donné à 16,3%.

Le jeune parti libéral Momentum, pour sa première participation au scrutin européen, devient la troisième force du pays et fait son entrée au Parlement de Strasbourg avec 9,7% des voix.

Le Parti socialiste décroche de plus de 4 points à 6,6% des suffrages et le parti d’extrême droite Jobbik perd pour sa part plus de la moitié de ses électeurs à 6,5%, contre 14,7% en 2014.

Le parti écologiste LMP perd le siège dont il disposait, sur les 21 alloués à la Hongrie.

Quitter le PPE  ?

Le score dont est crédité M. Orban, au pouvoir depuis 2010, est conforme aux pronostics établis tout au long de la campagne. Il reste toutefois en-deçà du record de 56% qu’il avait réalisé aux Européennes de 2009.

La participation électorale, de 41,7% juste avant la fermeture des bureaux de vote, est supérieure au record du scrutin européen de 2004, l’année de l’entrée de la Hongrie dans l’UE, où elle avait atteint 38,5%.

Suspendu par le Parti populaire européen (PPE, droite) en raison de ses attaques contre Bruxelles, le dirigeant souverainiste entend jouer un rôle majeur dans la recomposition de la droite européenne et a multiplié les contacts avec Matteo Salvini, le FPÖ autrichien et le PiS polonais. Il n’exclut pas de claquer la porte du PPE si la droite modérée refuse de s’allier aux «partis patriotiques de droite» à l’issue du scrutin.

Sur mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le message du président Prévot est clair
: «
Le CDH n’a pas vocation à être le porteur d’eau d’autres partis pour régler leurs difficultés
».

    Négociations gouvernementales: pression sur le CDH qui ne veut pas craquer

  2. Jouet ou rebut, Fourchette
? Woody va devoir payer de sa personne pour que le petit nouveau de la bande accepte son destin et cesse d’avoir envie de se jeter à la poubelle
!

    «Toy story 4»: vers l’infini, au-delà... et un peu plus loin encore!

  3. La source du problème pour les communes
: les contractuels sont devenus plus nombreux que les «
agents nommés
».

    Pensions des agents statutaires: un surcoût d’un milliard pour les communes

Chroniques
  • Europe: le grand gâchis des chefs d’Etat

    A la fin de cette semaine, la Commission européenne aura (en principe) un nouveau président. Homme ou femme, quelles que soient ses qualités intrinsèques, il ou elle sera le produit d’une vraie déception démocratique et d’un moment qui ne grandit pas la mécanique européenne de pouvoir. Le processus qui l’aura fait sortir du lot renoue en effet avec les travers d’antan : la vieille méthode du choix de l’entre-soi, du fait de princes qui se mettent d’accord sur un nom au terme de palabres tenues dans le plus grand secret....

    Lire la suite