Accueil Élections fédérales 2019

Elections 2019: le PTB crée la surprise et double, triple, quintuple la mise

À tous les niveaux de pouvoir en Belgique, le PTB repart avec des scores bien au-delà des sondages. Ils tripleraient leur voix à Bruxelles et les doubleraient en Wallonie. Les communistes pourraient envoyer dix élus au fédéral et ... trois sièges au nord. Pour la première fois.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Avec deux représentants au fédéral, quatre à Bruxelles et deux en Wallonie dans les législatures sortantes, les élus PTB étaient annoncés deux à trois fois plus nombreux après le scrutin. Et c’est un défi, alors que les résultats n’étaient pas encore définitifs, qu’ils sembleraient avoir réussi haut la main. « Une alternative est en train de naître », a réagi hier soir le porte-parole Raoul Hedebouw.

► Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Pablos Gino, dimanche 26 mai 2019, 23:12

    Que le PS contunue à suivre la voie qu'il suit et il suivra la même courbe descendante que le PS français, pratiquement rayé des listes.Pas de vision politique,ne parlons pas de la corruption de ce parti,clientélisme,vieux politicards qui ne se remettent pas en qusetion et s'accrochent à leur siège et autres privillèges .Le parfait cocktail pour l'irrémediable dégringolade qui a d'ailleurs déja commencé.

  • Posté par Deckers Björn, lundi 27 mai 2019, 0:11

    Absolument rien à voir avec le PS français. tout le contraire même. Du reste, la preuve en est faites ce soir. Malgré la très nette poussée du parti radical PTB, le PS reste et nettement le premier parti francophone. L'étiage du PS belge reste aux alentours de 25% alors que son homologue français s'est noyé à 6%. La comparaison que vous faites est simplement ridicule. François Hollande président a adopté une gouvernance de l'offre. Il s'est finalement totalement rangé à la doxa libérale et voilà pourquoi il a brouillé les pistes et finalement liquidé le PS français. Quand Paul Magnette incarnait seul la volonté de réguler la mondialisation (CETA), l'Elysée de François Hollande était aux abonnés absents. Et voilà pourquoi les sorts du PS français et belge francophone ne sont plus en rien liés. En vérité, il appartient au PS français de s'inspirer du PS francophone belge, du PSOE espagnol. La renaissance est possible. Syriza a crée une nouvelle social-démocratie en Grèce, Timmermans vient de faire rennaître le PVDA aux Pays-Bas, et en France, en attendant l'improbable renaissance du PS, EELV vient de créé la surprise, un nouvel formation de gauche émerge en France sur les cendres du PS. La nature on le sait, à horreur du vide.

Aussi en Élections fédérales 2019

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs