Footbelgate: Dejan Veljkovic et d’autres agents de joueurs vont prendre la parole

Footbelgate: Dejan Veljkovic et d’autres agents de joueurs vont prendre la parole
Photo News

Lundi et mardi, la commission des litiges d’appel de l’Union belge de football (URBSFA) entendra les plaidoiries finales des quinze accusés et des six parties intervenantes à Schaerbeek. La défense de Walter Mortelmans a annoncé qu’elle va lancer « une bombe dans le dossier disciplinaire », lundi.

La semaine dernière, tous les partis qui le désiraient ont pris la parole. Samedi dernier, le procureur fédéral Kris Wagner a réfuté certains des arguments procéduraux des accusés. Cependant, il s’est surtout concentré sur les conversations téléphoniques qui ont eu lieu pendant la période qui a précédé le match entre Malines et Waasland-Beveren. « Il ne fait aucun doute que ces gens ont triché », a conclu Wagner.

Les parties intervenantes auront la parole lundi. Les avocats Thomas Gillis (Beerschot Wilrijk) et Walter Van Steenbrugge (Lokeren) contreront certaines attaques personnelles. Tubize se fera un plaisir de profiter dans sa pliante contre Malines de l’ouverture réalisée par le procureur fédéral Wagner. Enfin, les avocats des supporters de Malines prendront également la parole.

Le dernier mot pour Olivier Myny

« La thèse selon laquelle Malines doit être relégué en 1e division amateurs n’est pas déraisonnable », peut-on lire dans la conclusion des 225 pages établie par le parquet fédéral. C’est la commission des litiges d’appel qui tranchera.

Lundi après-midi, ce sera au tour des agents des joueurs : Dejan Veljkovic, Walter Mortelmans, Thomas Troch et Evert Maeschalck. L’avocat de Mortelmans, Hugo Vandenberghe, a déjà fait miroiter samedi qu’il allait lancer une « bombe sous le dossier ». On ignore la nature de celle-ci.

Mardi, ce sera au tour de FC Malines et de ses administrateurs accusés d’intervenir. Après la pause déjeuner, le club de Waasland-Beveren et ses administrateurs poursuivis présenteront leurs plaidoiries. Le tout dernier mot sera en principe donné au joueur Olivier Myny. Mardi, Maître Sven Mary plaidera pour le maintien de son statut de repenti.

Ensuite, la commission des litiges d’appel se prononcera dans les meilleurs délais. C’est nécessaire car l’URBSFA veut clore le dossier disciplinaire complet avant le 30 juin, et ce compris la procédure d’appel devant le Tribunal Arbitral du Sport (CBAS).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Neymar voudrait revenir au Barça.

    Par Philippe Gerday

    France

    Entre Neymar et le PSG, la lassitude est réciproque

  • 112 buts en 146 sélections pour Marta qui n’a jamais gagné la Coupe du monde.

    Par Vincent Josephy

    Football international

    Mondial féminin: Marta, une reine en quête de couronne

  • Belga

    Jean Butez (Excel Mouscron): «Je ne doute pas de l’issue de mon transfert»

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite