Elections 2019: quelles coalitions possibles? Faites le test

Bart De Wever et Tom Van Grieken. ©Belga
Bart De Wever et Tom Van Grieken. ©Belga

Les élections du 26 mai établissent sans ambiguïté l’ancrage à droite de la Flandre, avec une droite extrémiste, celle du Vlaams Belang, et l’autre nationaliste-conservatrice, la N-VA. Ce bloc des droites est incontournable politiquement, sauf à nier l’expression démocratique du corps électoral au nord.

Tous les résultats des élections fédérales, régionales et européennes 2019

Au fédéral

Au sein de ce bloc des droites, la N-VA est pour sa part (quasiment, on y vient) incontournable mathématiquement en vue de la formation d’un gouvernement fédéral. Et vu les positionnements des partis francophones, la confection du gouvernement fédéral relève de l’acrobatie, voire de l’impossibilité.

A noter qu’en théorie, excluant la N-VA, une coalition fédérale associant un arc-en-ciel PS-MR-Ecolo francophone et une tripartite CD&V-VLD-SP.A côté flamand tient la route en nombre de sièges. Politiquement invraisemblable ? Plutôt, oui…

Elections 2019 : PS, Ecolo, Open VLD… les coalitions possibles à la Chambre (infographie)

Quelles coalitions alors ? Faites vous-mêmes le test, ci-dessous. Il vous suffit de sélectionner des partis jusqu’à obtenir une majorité.

A Bruxelles

Même s’il perd quatre sièges et près de cinq points par rapport au scrutin de 2014, le PS de Rudi Vervoort a réussi à conserver son leadership bruxellois. Donc à garder la main, qui lui permettra, dès le début de cette semaine, d’entamer des consultations pour former un gouvernement régional.

Le premier parti invité devrait être Ecolo. A deux, ces partis réunissent 32 élus (sur 72), il leur faut donc un troisième. Mathématiquement, trois scénarios sont possibles, un seul tient la corde, celui qui associe Défi. Surtout, après une campagne extrêmement tendue entre Ecolo et le MR, on voit mal ces deux partis choisir de s’associer. L’Olivier est également possible mais une majorité de 38 sièges sur 72 semble très étriquée, de nature à mettre le gouvernement bruxellois en péril aux premières (éventuelles) défections.

Quelles coalitions alors ? Faites vous-mêmes le test, ci-dessous. Il vous suffit de sélectionner des partis jusqu’à obtenir une majorité.

En Wallonie

En Wallonie, le PS reflue de 6 % environ par rapport à 2014, mais reste en tête au classement côté francophone. Elio Di Rupo a la main pour négocier au sud du pays.

A qui le PS proposerait-il de composer une majorité ? Ecolo semble le candidat naturel puisqu’il est le vainqueur objectif du scrutin au sud du pays. Mais cela sera trop court avec 35 sièges. Le CDH pourrait-il être appelé à la rescousse ?

Quelles coalitions alors ? Faites vous-mêmes le test, ci-dessous. Il vous suffit de sélectionner des partis jusqu’à obtenir une majorité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous