Elections 2019: 1,4 million d’électeurs n’ont pas choisi de parti

©Pierre-Yves Thienpont
©Pierre-Yves Thienpont

S’ils se coalisaient pour former un parti, ils seraient plus puissants que la N-VA. « Ils », ce sont ces gens qui ont décidé de ne pas choisir de parti, ce dimanche. Soit parce qu’ils ne se sont pas déplacés pour aller voter, soit parce qu’ils ont voté blanc ou nul (en gribouillant leur bulletin papier, par exemple).

Au total, pour l’élection fédérale de la Chambre, ce sont 1,39 million d’électeurs qui ont adopté cette attitude, hier. Sur les 8,2 millions d’électeurs potentiels, cela représente un pourcentage conséquent de 16,98 % (le taux est légèrement supérieur aux européennes ; à 17,12 %). Il s’agit d’une augmentation par rapport au scrutin de 2014, où ce groupe de contestataires pesait 15,79 % des électeurs appelés aux urnes.

Les résultats des élections fédérales au complet

Pour donner un ordre de grandeur, la N-VA récolte, elle, à la Chambre un peu plus d’1 million de votes. Elle est donc dépassée par le groupe des « sans-parti ».

Plus de Wallons rebelles

Prenons la peine d’examiner ce qu’il se passe au sein de ce groupe de 1,39 million d’individus. La grande majorité d’entre eux (949.076) ne s’est pas déplacée pour voter, alors que le vote est obligatoire. Soit 11,62 % de l’électorat. Les votes blancs et nuls ont, eux, séduit 438.095 électeurs, toujours à l’échelon fédéral (5,36 % des gens en âge de voter).

Risquez-vous vraiment des sanctions si vous n’allez pas voter?

Notons enfin que les chiffres de « l’abstention » et du vote blanc indiquent une réalité différente au Nord qu’au Sud. Ce sont dans les provinces de Liège et du Hainaut qu’on se montre le plus rebelle. À l’inverse, c’est en Flandre Orientale que les citoyens se sont le plus mobilisés.

En Wallonie, le taux d’électeurs qui n’ont pas voté ou qui ont voté blanc tourne autour de 21 %, que ce soit pour l’élection fédérale ou le scrutin régional. A Bruxelles, les électeurs ont un peu plus délaissé le scrutin régional (22,09 % de « sans partis »), par rapport au fédéral (19,53 %). Et c’est l’inverse en Flandre, où l’élection régionale passionne les foules (un faible 12,41 % d’absents ou de vote nul) contre 14,5 % pour le niveau fédéral. Comme d’habitude, on observe une participation bien plus massive dans le Nord que dans le Sud du pays.

Les dernières informations

Le lien sur mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite