Elections 2019: 1,4 million d’électeurs n’ont pas choisi de parti

©Pierre-Yves Thienpont
©Pierre-Yves Thienpont

S’ils se coalisaient pour former un parti, ils seraient plus puissants que la N-VA. « Ils », ce sont ces gens qui ont décidé de ne pas choisir de parti, ce dimanche. Soit parce qu’ils ne se sont pas déplacés pour aller voter, soit parce qu’ils ont voté blanc ou nul (en gribouillant leur bulletin papier, par exemple).

Au total, pour l’élection fédérale de la Chambre, ce sont 1,39 million d’électeurs qui ont adopté cette attitude, hier. Sur les 8,2 millions d’électeurs potentiels, cela représente un pourcentage conséquent de 16,98 % (le taux est légèrement supérieur aux européennes ; à 17,12 %). Il s’agit d’une augmentation par rapport au scrutin de 2014, où ce groupe de contestataires pesait 15,79 % des électeurs appelés aux urnes.

Les résultats des élections fédérales au complet

Pour donner un ordre de grandeur, la N-VA récolte, elle, à la Chambre un peu plus d’1 million de votes. Elle est donc dépassée par le groupe des « sans-parti ».

Plus de Wallons rebelles

Prenons la peine d’examiner ce qu’il se passe au sein de ce groupe de 1,39 million d’individus. La grande majorité d’entre eux (949.076) ne s’est pas déplacée pour voter, alors que le vote est obligatoire. Soit 11,62 % de l’électorat. Les votes blancs et nuls ont, eux, séduit 438.095 électeurs, toujours à l’échelon fédéral (5,36 % des gens en âge de voter).

Risquez-vous vraiment des sanctions si vous n’allez pas voter?

Notons enfin que les chiffres de « l’abstention » et du vote blanc indiquent une réalité différente au Nord qu’au Sud. Ce sont dans les provinces de Liège et du Hainaut qu’on se montre le plus rebelle. À l’inverse, c’est en Flandre Orientale que les citoyens se sont le plus mobilisés.

En Wallonie, le taux d’électeurs qui n’ont pas voté ou qui ont voté blanc tourne autour de 21 %, que ce soit pour l’élection fédérale ou le scrutin régional. A Bruxelles, les électeurs ont un peu plus délaissé le scrutin régional (22,09 % de « sans partis »), par rapport au fédéral (19,53 %). Et c’est l’inverse en Flandre, où l’élection régionale passionne les foules (un faible 12,41 % d’absents ou de vote nul) contre 14,5 % pour le niveau fédéral. Comme d’habitude, on observe une participation bien plus massive dans le Nord que dans le Sud du pays.

Les dernières informations

Le lien sur mobile

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©AFP

    Nafissatou Thiam au «Soir»: «L’athlète parfait n’existe pas»

  2. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

  3. A la veille du G7 qui se tiendra à Biarritz, le président français à reçu son homologue russe au fort de Brégançon. La Russie étant exclue du G7 en raison de la crise urkrainienne.

    G7: Emmanuel Macron veut réinventer «cette Europe qui va de Lisbonne à Vladivostok»

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite