Enchères multimillionnaires sur les bords de l’Hudson

Christie’s et Sotheby’s avaient réuni quelques œuvres d’exception pour leurs sessions en soirée des 13 et 14 mai. Particularité cette saison, plusieurs tableaux impressionnistes de qualité muséale figuraient dans les catalogues et ce sont ces peintures qui se hissent tout en haut du palmarès.

Christie’s

Avec un produit total d’un peu moins de 400 millions de dollars, la maison du Rockefeller Center l’emporte sur sa rivale Sotheby’s qui a vendu quant à elle pour un peu moins de 350 millions de dollars. Le catalogue de cette dernière était toutefois moins épais de neuf lots, ce qui fait que cette « victoire » est ténue !

Cette nature morte de Paul Cézanne a changé de main contre un peu plus de 59 millions de dollars chez Christie’s.
Cette nature morte de Paul Cézanne a changé de main contre un peu plus de 59 millions de dollars chez Christie’s. - DR

Cela étant le meilleur prix de la soirée chez Christie’s va à une magnifique nature morte de Paul Cézanne qui fut vendue un peu plus de 59 millions de dollars. Peinte vers 1888-1890, elle représentait une bouilloire et des fruits négligemment disposés sur un linge blanc chiffonné sur une table en bois. L’estimation de ce tableau très désirable était confidentielle et une garantie avait été donnée au vendeur, de sorte que ce dernier était certain d’en obtenir une certaine somme, elle aussi tenue secrète… C’était également le cas pour le deuxième meilleur prix de la soirée puisque l’œuvre provenait de la même source : la succession de S.I. Newhouse.

Peinte à la même époque que le Cézanne et pas si loin de la montagne Sainte-Victoire, à Saint-Rémy en Provence, mais datée avec plus de précision d’octobre 1889, la toile était due aux pinceaux de Vincent Van Gogh. Représentant des arbres dans le jardin de l’asile où l’artiste était soigné, le tableau s’est échangé contre 40 millions de dollars. Quant au troisième meilleur résultat, il va également à un artiste « maudit », à savoir Amedeo Modigliani. Un amateur paya plus de 34 millions de dollars pour une sculpture en pierre exécutée vers 1911-1912.

Sotheby’s

Près de 55 millions de dollars ont été offerts pour cette œuvre  de Picasso.
Près de 55 millions de dollars ont été offerts pour cette œuvre de Picasso. - Copyright Succession Picasso, 2019.

Pour la plupart des collectionneurs, la vente du 14 mai était l’occasion de découvrir le réaménagement de l’immeuble de York Avenue. Fini le pourtant très lumineux 10e étage et inauguration d’une myriade de salles sur les trois premiers niveaux. Les œuvres importantes soigneusement accrochées donnent l’impression de la visite d’un musée, tandis que les pièces moins importantes pendues sur des dizaines de mètres de cimaises font penser à un supermarché !

Quoi qu’il en soit, tout le monde semble avoir apprécié ce nouveau lieu du marché de l’art. Au point d’inciter un collectionneur à payer près de 111 millions de dollars pour un tableau de la célèbre série des meules de Claude Monet ? Peut-être, mais toujours est-il que ce tableau peint en 1890 ne pouvait que susciter les convoitises. Il s’agit d’un nouveau record en vente publique pour une œuvre de l’artiste.

Picasso rafle les deux autres places du podium. D’abord avec une Femme au chien, estimée entre 30 et 40 millions, qui changea de mains contre près de 55 millions de dollars. L’œuvre provenait d’une collection japonaise et avait été achetée il y a 29 ans à la galerie Beyeler de Bâle. Elle représentait, en 1962, Jacqueline Roque, la dernière égérie de l’artiste, et Kaboul, le lévrier afghan du couple. Quant à « Mousquetaire à la pipe », un tableau peint en 1968, soit cinq ans avant la disparition du maître, il avait été prisé entre 20 et 30 millions. Une estimation très optimiste par rapport au prix final, un peu moins de 21 millions de dollars.

Le 13 mai, un dollar valait 0,89 euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. COP25 à Madrid

    COP25: un échec pour le multilatéralisme et pour le climat

  2. «
Il est temps maintenant d’arrêter les postures disant qu’on veut bien négocier mais qu’on ne négocie pas réellement.
» © Mathieu Golinvaux.

    Sabine Laruelle (MR): «PS et N-VA doivent tomber les masques»

  3. Anna Karina, en 2018.

    Anna Karina, première muse de Godard, ne chantera plus sous le soleil

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite