Elections 2019: Elio Di Rupo envisage un gouvernement sans majorité flamande, Francken réplique

© Photo News
© Photo News

Le Roi entamera ce mardi un second jour de consultations sur fond de situation de plus en plus compliquée au Fédéral, le président du PS, Elio Di Rupo, ayant notamment évoqué, lundi sur la RTBF, la possibilité d’un gouvernement sans majorité du côté flamand, ce que rejette fermement la N-VA.

« Je crois qu’à terme, ce sera la solution », a pourtant indiqué Elio Di Rupo dont le parti, en perte de vitesse, reste néanmoins premier au sud du pays. « Mais la question est de savoir si l’Open Vld, le CD&V, Groen et le SP.A auront, à un moment donné, la force et la volonté politique de faire partie d’un gouvernement fédéral sans majorité flamande au parlement », a-t-il ajouté.

Bart De Wever, le président de la N-VA, a déjà rejeté fermement, et à plusieurs reprises, cette éventualité, estimant qu’elle constituerait un « problème majeur ».

Si l’on en arrive là, « nous mettrons le confédéralisme sur la table », a renchéri Theo Francken, mardi matin, dans l’émission De Ochtend sur la VRT. Il ne restera plus, alors, que le nom Belgique, le drapeau et la maison royale. Tout le reste, à part la Défense, devra revenir aux entités fédérées. « Si, de l’autre côté de la frontière linguistique, ils veulent un projet écolo-communiste, ils doivent y aller mais ce sera pour leur propre compte », a affirmé l’ancien secrétaire d’Etat N-VA.

►Theo Francken brandit la menace du confédéralisme si la Wallonie vote massivement à gauche

Par ailleurs, le discours d’Elio Di Rupo, qui fait bondir les nationalistes flamands, ne semble pas plaire davantage au CD& V. « C’est une déclaration vraiment malheureuse – de la part d’Elio Di Rupo, ndlr. Les électeurs flamands ont fait un autre choix que les francophones. Que la Wallonie dise aujourd’hui à la Flandre comment elle doit agir, c’est la pire des choses à faire », a ainsi déclaré Yves Leterme, lui aussi invité dans De Ochtend.

Mais, pour difficile qu’elle soit, la situation n’est toutefois pas inextricable, a-t-il estimé. « En Belgique, nous avons déjà dû faire preuve de créativité dans les années ’70 et ’80. Je pense que nous allons à nouveau devoir nous montrer créatifs. »

Un avis partagé par Louis Michel (MR). « Il faut arrêter de jouer sur la peur. Le pays n’est pas ingouvernable. On trouvera toujours une solution même si ce ne sera pas facile », a-t-il souligné dans l’émission de la RTBF Matin Première, refusant « de parler de crise avant de voir comment se déroule la mission royale ».

Lundi matin, le Roi a reçu le Premier ministre, Charles Michel, ainsi que les présidents de la Chambre et du Sénat. Dans l’après-midi, il a commencé à consulter les présidents de partis, dont Bart De Wever et Elio Di Rupo.

Ce mardi, ce sera au tour d’Ecolo et de Groen d’être successivement reçus au Palais.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les talents de démarcheur du Premier ministre britannique sont mis à l’épreuve avant le vote de samedi.

    Vote serré en vue sur l’accord Brexit

  2. «
Essayer de réparer les problèmes climatiques, je vois bien d’où ça vient, chez moi.»

    Les racines élémentaires de Cyril Dion: «Je me suis promis de ne jamais devenir un vieux con»

  3. En 2004, Elio Di Rupo et Joëlle Milquet scellent une alliance qui écarte les libéraux du pouvoir au sud du pays. © Belga.

    Après 20 ans, Elio Di Rupo restitue un Parti socialiste debout et éreinté

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Accord sur le Brexit: let it be…

    Lorsqu’est apparu jeudi matin « Accord sur le Brexit » sur nos écrans, c’est l’émotion d’abord qui s’est emparée de nous. Nous y voilà donc. Soudain, ce départ qui s’était transformé en un vaudeville avec de piètres acteurs et des portes de parlements qui claquent, devenait réalité. Et cela provoquait durant un court instant la stupéfaction, la tristesse, comme un sentiment de défaite mais surtout de perte. Comme si nous avions stupidement espéré que ces négociations allaient durer toujours, permettant de conserver « par...

    Lire la suite