Elections 2019: le CDH préférerait aller dans l’opposition

Au bureau du CDH, lundi matin, le président Maxime Prévot n’a pas enjolivé la situation électorale, c’est-à-dire la défaite, devant les siens : le parti a perdu un tiers de ses députés fédéraux et régionaux, passant de 32 à 22, restant tout juste un groupe politique à la Chambre. Ce que certains bons résultats locaux ne parviennent pas à masquer.

Les humanistes s’interrogent

Alors les humanistes s’interrogent : ne vaudrait-il pas mieux qu’ils entendent ce signal de l’électeur et se refassent une santé dans l’opposition ? C’est manifestement la solution privilégiée par les centristes. Qui ne le diront toutefois pas officiellement comme ça.

Car « la situation est tellement complexe, outre le fait que notre sort n’est pas la première préoccupation, qu’on ne va pas mettre des ukases absolus, mais l’idée est d’aller dans l’opposition », nous glisse-t-on. Donc, le parti préférerait ne participer à aucun gouvernement, mais après des semaines, voire des mois de blocage, sait-on jamais. Alors pas de déclaration définitive pour l’heure. Mais le président Prévot avait déjà envisagé la solution de l’opposition avant même le scrutin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite