Flipkens a peut-être disputé son dernier Roland-Garros: «Si je pouvais faire comme Federer» (vidéo)

@Belga
@Belga

Battue 6-1, 7-5 par la Portoricaine Monica Puig (WTA 59), mardi au premier tour, Kirsten Flipkens (WTA 64) a-t-elle disputé son dernier match en simple à Roland-Garros ? La Campinoise, 33 ans, qui participait pour la onzième fois aux Internationaux de France, a en tout cas évoqué pour la première fois la perspective de mettre un terme à sa carrière dans un futur plus ou moins proche.

« Je ne prends plus vraiment de plaisir à jouer sur terre battue », a-t-elle expliqué. « Mais bon, ce n’est un secret pour personne que ce n’est pas ma surface de prédilection. L’année dernière, cela s’était passé correctement, mais cette année, cela n’a pas du tout été le cas. En plus, le fait d’avoir joué la Fed Cup n’a pas aidé, mais c’était un choix. On me demande souvent combien de temps je vais encore jouer, mais je n’en sais rien. Je regarde les choses semaine par semaine. Et je ne peux certainement pas affirmer que je serai encore ici l’année prochaine. C’est la même chose pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Si l’envie n’est plus là, je dirai stop directement ».

Kirsten Flipkens use ses semelles et ses cordages sur le circuit WTA depuis l’année 2003. Elle a disputé mardi à Paris le 849e match en simple de sa carrière. « Flipper » ne serait pas contre faire l’impasse sur la terre battue ou d’autres tournois, à l’image de Roger Federer, mais la situation n’est pas aussi évidente.

« Ce serait génial si je pouvais faire comme Federer ou Serena, mais je n’ai pas ce luxe de ne pouvoir jouer qu’une dizaine de tournois par an », a-t-elle poursuivi. « Je ne vais d’ailleurs pas cacher que si je pouvais le permettre, je le ferais certainement. Mais je suis obligé de jouer 20 ou 25 tournois par saison, pour garder mon classement, car je ne pourrai évidemment pas compter sur des wild cards. Mais si je suis encore à Roland-Garros l’année prochaine, ce sera certainement avec un programme adapté ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©News, EPA

    Par Damien Poncelet

    ATP - WTA

    Masters de Londres: Djokovic-Federer, un «quart» au sommet

  • 48245429

    Par B.Dn. et Y.G.

    ATP - WTA

    Masters de Londres: Federer déjà au bord de l’élimination

  • @EPA

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Rafael Nadal ira se tester au Masters de Londres

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. C’est Stéphane Moreau qui a obtenu le bonus et les indemnités de rétention les plus importants.

    Nethys: les managers devaient réduire leur salaire… ils ont touché 18 millions

  2. Pour Maxime Prévot, « il est J – 1 pour la Belgique ». Donc le CDH veut se mouiller, « pour un Etat juste et efficace ».

    Maxime Prévot au «Soir»: «Le CDH veut être un acteur de la solution et pas de la dissolution de ce pays»

  3. En matière d’emploi, Bernard Clerfayt (Défi) entend privilégier les mesures dont le rapport coût-efficacité est le meilleur.

    Bernard Clerfayt: «Actiris doit faire mieux»

La chronique
  • Voilà ce qui me rend triste, M. Jambon

    Mon premier souvenir ? Isabella’s room, définitivement. Un choc, une plongée en « flamanditude » dont je ne me suis jamais remise. Comme si chaque autre spectacle ou livre, ensuite, servait le besoin d’en reprendre, de me « refaire une ligne » de cette culture et de cette langue âpre qui soudain m’avait transpercée, comme trouvée. Des objets partout sur la scène, des langues mélangées, c’était baroque, c’était émouvant, c’était déjanté. Et puis il y avait Viviane De Muynck, d’une élégance folle sur ses hauts talons improbables, les seins généreux offerts au public et avec sa voix de basse pour achever le travail. C’était au Kaaitheater, et ce sera 15 ans plus tard, au Théâtre National : j’ai adoré alors l’idée que cette pièce culte pour les Flamands le devienne aussi pour les francophones.

    Le deuxième souvenir ? Toernee Generale assurément. Le journaliste culturel du Soir de l’époque, Laurent Ancion, nous avait amené deux directeurs de théâtre à Bruxelles qui faisaient, nous avait-il dit, « un truc formidable »...

    Lire la suite

  • Nethys: l’argent du mensonge et de la honte

    11,6 millions d’euros. On répète : 11,6 millions d’euros. Voilà donc le pactole de Stéphane Moreau. L’argent du mensonge et de la honte.

    Le mensonge ? Pas une fois, pas deux fois, mais un nombre incalculable de fois, le manager de Nethys, ses adjoints, des administrateurs du groupe, de son actionnaire Enodia et des hommes politiques se sont portés en faux contre les rumeurs qui disaient que les managers de Nethys avaient accepté in fine la baisse de leur salaire imposée par la...

    Lire la suite