Accueil Élections fédérales 2019

Le président du Vlaams Belang est arrivé au Palais royal

Tom Van Grieken a finalement été invité par le Roi. Pour des spécialistes flamands, Philippe aurait perdu sa neutralité en ne recevant pas le président du Vlaams Belang.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 4 min

Le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken, a finalement été invité par le Roi mercredi matin à 10h45. Puis ce sera au tour du président du PTB d’être reçu au Palais royal. Pour ce qui concerne les marxistes, ce n’est pas une première : en décembre dernier, lors de la chute du gouvernement Michel, Philippe avait consulté le président du PTB, Peter Mertens. Par contre, ni Baudouin, ni Albert II, ni Philippe n’avait convié jusqu’ici le président du Vlaams Belang (anciennement Vlaams Blok).

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Lambert Guy, mercredi 29 mai 2019, 20:49

    Il faut qu'ils se mouillent sinon ils vont encore monter. C'est quand eux-mêmes et leurs électeurs auront compris que la politique, c'est faire des compromis qu'ils reviendront sur terre.

  • Posté par Theys Jos, mercredi 29 mai 2019, 10:41

    Le VB a obtenu 26% des votes en plus que le PS et avec ce score il a obtenu 2 sièges en moins. Ayons confiance au roi qui est assez intelligent pour éviter toute friction inutile, Une certaine objectivité est à conseiller aux Francophones pour que la manne continue à tomber.

  • Posté par Deckers Björn, mercredi 29 mai 2019, 11:02

    Hypocrite! D'une la manne dont vous parlez, vous êtes justement occupé à la sucrer (VB ou pas!). D'autres part, recevoir le VB est un signe des temps, à votre décharge la Flandre n'est pas la seule à oser un tango morbide avec la bête immonde. Le fait que cette barrière là saute avant d'autres démontre que le ciel se couvre. Et pourtant Jean-Paul Marthoz l'a rappelé récemment encore, l'expérience de l'extrême droite se termine toujours en farce tragique. Mais je ne blâme pas les flamands. Les francophones doivent arrêter de se voiler la face. Nous ne devons notre étrange immunité à l'extrême droite qu'à la redoutable efficacité du cordon sanitaire médiatique (Sur RTBF et sur RTL, le PP et les Listes Destexhe n'existent pas). Chez nous aussi le "Je ne suis pas raciste mais..." est à la mode. La question de recevoir ou non le VB n'a rien à voir avec le conflit communautaire, c'est une question de principe. Mais que peut bien faire le palais quand le peuple décide de se vautrer dans la démagogie. Ce n'est pas Philippe qui est responsable. Nous ne devons nous en prendre qu'à nous même!

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 29 mai 2019, 10:50

    Qu'entendez-vous par objectivité, Jos ?

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 29 mai 2019, 10:32

    M. Uyttendaele a exprimé ce matin à la RTBF un avis différent de celui des spécialistes flamands. Avec tout le respect dû aux électeurs du VB (dont j'ai du mal à croire qu'ils adhèrent tous aux "idées" d'extrême droite), il me semble particulièrement inquiétant que les dirigeants de ce parti soient reçus par le roi. Il est impensable que le chef de l'Etat rende ainsi légitimes des idées que l'on peut qualifier de nauséabondes même si ce terme est parfois galvaudé. Plier devant ces gens-là, pour garder sa neutralité (?) lui fait perdre sa crédibilité et même son honorabilité.

Plus de commentaires

Aussi en Élections fédérales 2019

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs