Elections 2019: le Brexit, un «vaccin contre la propagande anti-européenne», selon Donald Tusk

Elections 2019: le Brexit, un «vaccin contre la propagande anti-européenne», selon Donald Tusk

Le Brexit a été « un vaccin contre la propagande et la désinformation anti-européenne » pour les élections européennes du 23 au 26 mai, a affirmé mardi à Bruxelles le président du conseil européen Donald Tusk.

« Lorsque les Européens voient ce que le Brexit signifie dans la pratique, ils en tirent des conclusions », a soutenu M. Tusk à l’issue d’un sommet européen extraordinaire consacré aux nominations des nouveaux présidents des institutions européennes.

« La grande majorité des électeurs a voté pour une Union européenne plus efficace, plus forte et plus unie et a rejeté ceux qui veulent l’affaiblir. C’est un signal puissant », a-t-il souligné.

« En fait, à mesure que les gens sont devenus plus pro-européens, certains grands partis eurosceptiques ont abandonné les slogans anti-européens et se sont présentés comme des réformateurs de l’UE. Il s’agit là d’une évolution positive », a-t-il ajouté. « Je ne doute pas que l’une des raisons pour lesquelles les citoyens du continent ont voté en faveur de la majorité pro-européenne soit le Brexit », a-t-il affirmé.

« Le Brexit a été un vaccin contre la propagande et les fausses nouvelles anti-européennes », a-t-il conclu. Au Royaume-Uni, néanmoins, le Parti du Brexit du député européen Nigel Farage est sorti grand vainqueur des Européennes.

Royaume-Uni : la victoire du Parti du Brexit renforce l’hypothèse d’un « no deal »

« Personne n’a tenté d’aborder le Brexit au cours de la réunion », a assuré Donald Tusk. « Nous aurons l’occasion de le faire après le sommet européen de juin ».

« Il était naturel que Theresa May soit présente à cette réunion. Elle est toujours Premier ministre et le Royaume-Uni est toujours membre de l’Union européenne », a-t-il précisé.

Usée par l’interminable casse-tête du Brexit qu’elle a échoué à mettre en oeuvre, Theresa May a annoncé sa décision de démissionner de ses fonctions de cheffe du Parti conservateur -- et donc de cheffe du gouvernement -- le 7 juin.

Brexit sans accord : un « suicide politique », selon le ministre des Affaires étrangères britannique

Le rejet de l’accord de divorce par les députés britanniques a contraint Theresa May à repousser le Brexit au 31 octobre au plus tard, alors qu’il était initialement prévu le 29 mars, et à organiser les élections européennes en catastrophe.

Les dirigeants de l’Union européenne ont averti qu’ils n’accepteraient pas de renégocier l’accord de divorce avec le successeur de Theresa May.

Donald Tusk a refusé de répondre aux questions sur la possibilité d’un nouveau report de la date de sortie après le 31 octobre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Les bulletins des Diables rouges face à Chypre: De Bruyne homme du match, Carrasco dans tous les bons coups

  2. BRITAIN ELECTIONS DEBATE

    Johnson-Corbyn : un dialogue de sourds

  3. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite