Elections 2019: le Brexit, un «vaccin contre la propagande anti-européenne», selon Donald Tusk

Elections 2019: le Brexit, un «vaccin contre la propagande anti-européenne», selon Donald Tusk

Le Brexit a été « un vaccin contre la propagande et la désinformation anti-européenne » pour les élections européennes du 23 au 26 mai, a affirmé mardi à Bruxelles le président du conseil européen Donald Tusk.

« Lorsque les Européens voient ce que le Brexit signifie dans la pratique, ils en tirent des conclusions », a soutenu M. Tusk à l’issue d’un sommet européen extraordinaire consacré aux nominations des nouveaux présidents des institutions européennes.

« La grande majorité des électeurs a voté pour une Union européenne plus efficace, plus forte et plus unie et a rejeté ceux qui veulent l’affaiblir. C’est un signal puissant », a-t-il souligné.

« En fait, à mesure que les gens sont devenus plus pro-européens, certains grands partis eurosceptiques ont abandonné les slogans anti-européens et se sont présentés comme des réformateurs de l’UE. Il s’agit là d’une évolution positive », a-t-il ajouté. « Je ne doute pas que l’une des raisons pour lesquelles les citoyens du continent ont voté en faveur de la majorité pro-européenne soit le Brexit », a-t-il affirmé.

« Le Brexit a été un vaccin contre la propagande et les fausses nouvelles anti-européennes », a-t-il conclu. Au Royaume-Uni, néanmoins, le Parti du Brexit du député européen Nigel Farage est sorti grand vainqueur des Européennes.

Royaume-Uni : la victoire du Parti du Brexit renforce l’hypothèse d’un « no deal »

« Personne n’a tenté d’aborder le Brexit au cours de la réunion », a assuré Donald Tusk. « Nous aurons l’occasion de le faire après le sommet européen de juin ».

« Il était naturel que Theresa May soit présente à cette réunion. Elle est toujours Premier ministre et le Royaume-Uni est toujours membre de l’Union européenne », a-t-il précisé.

Usée par l’interminable casse-tête du Brexit qu’elle a échoué à mettre en oeuvre, Theresa May a annoncé sa décision de démissionner de ses fonctions de cheffe du Parti conservateur -- et donc de cheffe du gouvernement -- le 7 juin.

Brexit sans accord : un « suicide politique », selon le ministre des Affaires étrangères britannique

Le rejet de l’accord de divorce par les députés britanniques a contraint Theresa May à repousser le Brexit au 31 octobre au plus tard, alors qu’il était initialement prévu le 29 mars, et à organiser les élections européennes en catastrophe.

Les dirigeants de l’Union européenne ont averti qu’ils n’accepteraient pas de renégocier l’accord de divorce avec le successeur de Theresa May.

Donald Tusk a refusé de répondre aux questions sur la possibilité d’un nouveau report de la date de sortie après le 31 octobre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. Jonathan Rigaux est pépiniériste à Longlier. 300.000 sapins sortiront de ses champs cette année.

    Le sapin de Noël se veut écoresponsable, et bio à terme

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite