Les locataires fidèles à la Côte belge

Dans cet article
Le littoral, belge ou français, fascine toujours, même si les habitudes de séjoure et de réservations ont changé.
Le littoral, belge ou français, fascine toujours, même si les habitudes de séjoure et de réservations ont changé. - D.R.

Bien que parfois décriée, la Côte belge a toujours la cote auprès des touristes. Elle a même enregistré l’un de ses meilleurs étés en 2018 avec pas moins de 6,8 millions de visiteurs d’un jour en juillet et août selon Westtoer, société provinciale autonome du tourisme et des loisirs en Flandre-Occidentale. Les hébergements ont eux aussi profité de cette affluence. Toujours d’après Westtoer, les hôtels affichaient une occupation moyenne autour de 90 % durant l’été 2018, alors que les maisons de vacances ont connu une année comparable à 2017, mais avec cependant un meilleur mois d’août.

Si l’été reste le moment le plus propice aux locations de vacances, celles-ci trouvent désormais preneurs presque toute l’année. « La plus grosse période reste celle d’avril à fin août, tandis que septembre a connu un peu moins de succès ces dernières années », remarque Emilie Collard, manager de l’agence Servimo qui propose des locations saisonnières à Coxyde, Oostduinkerke ou encore Saint-Idesbald. « L’affluence correspond généralement aux vacances scolaires, et dernièrement nous avons de plus en plus de gens lors de la période de carnaval. On constate aussi que la clientèle se rajeunit et se compose encore plus de familles. »

Même si beaucoup de touristes improvisent leur déplacement vers le littoral en fonction de la météo, on compte beaucoup de fidèles : 57 % des vacanciers réservent leur séjour au minimum quatre mois à l’avance, selon Westtoer. « Les réservations débutent généralement en novembre de l’année précédente et vers février ou mars, on sait déjà si la saison va être bonne ou pas », confie Emilie Collard. D’après cette dernière, beaucoup de touristes s’y prennent notamment à l’avance car « ils ont leurs habitudes dans un logement de vacances et aiment y retourner ».

Des prix raisonnés

Appartements comme maisons sont prisés par les locataires saisonniers, mais les logements de vacances qui rencontrent le plus de succès sont sans surprise ceux situés à proximité de la plage. « La vue sur mer reste le critère le plus fréquent et le plus important », constate Maud Fargier, gérante de l’agence de locations de vacances Immo Unico basée à Coxyde. « Les touristes privilégient ensuite les biens situés en deuxième ou troisième ligne. »

La situation d’un appartement ou d’une maison de vacances a ainsi tendance à faire grimper son prix de location, tout comme divers extra tels qu’une terrasse, un aménagement soigné, etc. Maud Fargier souligne ainsi qu’il « y en a pour tous les budgets », et que « même les locations les plus exclusives trouvent preneurs car leur tarif est très souvent justifié ». « Il y a une bonne adéquation à la Côte entre la qualité des biens et leur prix de location », renchérit Emilie Collard. « Les tarifs sont restés plutôt stables ces dernières années et c’est nécessaire. Comme la météo est plutôt incertaine, il faut pratiquer des tarifs raisonnables pour que les touristes continuent à se déplacer. »

Vu la faible évolution des tarifs de location, les investisseurs qui cherchent à tout prix le rendement ont plutôt intérêt à se tourner vers des locations à l’année, ou à miser sur une plus-value à la revente. Une seconde résidence à la Côte reste en effet un « investissement plaisir », qu’il est toutefois possible d’optimiser. « Pour cela, il faut choisir un logement bien situé et très bien aménagé, et moins l’occuper soi-même », exprime Emilie Collard.

Si les rendements modérés n’ont pas vraiment tendance à freiner les investisseurs, le décret flamand de 2017 relatif à l’hébergement touristique a eu, lui, un impact sur les locations saisonnières. « L’application de normes – notamment en matière de protection d’incendie – a rassuré certains propriétaires, mais elle en a poussé d’autres à arrêter la location », constate Maud Fargier. Plusieurs détenteurs d’hébergements de vacances tentent aussi de contourner ces normes en passant par des plateformes de réservation en ligne comme Airbnb. Au sein des agences de location, cette concurrence se ressent bien évidemment mais n’empêche pas le développement du portefeuille de biens. « Nous avons l’avantage d’être sur place pour gérer l’accueil et les éventuels problèmes », conclut Emilie Collard. « Je pense qu’à l’avenir, ce genre de services va vraiment faire la différence pour les propriétaires comme pour les vacanciers. »

Holiday Suites

Par Paolo Leonardi

La Côte d’Opale a le vent en poupe. Après Bray-Dunes, Equihen-Plage et Oye-Plage, Holiday Suites l’a très bien compris puisqu’il va inaugurer une nouvelle résidence de 95 logements à Boulogne-sur-Mer. Le spécialiste du logement de vacances sera implanté dans 11 villes : quatre sur la Côte d’Opale, six sur le littoral belge et un dans le Limbourg. Une ouverture à Vence, sur la Côte d’Azur, est même annoncée.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite