Takenaka veut voir le soleil se lever sur le marché belge

Le centre commercial Hirakati T-Site à Osaka a été primé au Mipim de Cannes comme meilleur centre commercial.
Le centre commercial Hirakati T-Site à Osaka a été primé au Mipim de Cannes comme meilleur centre commercial. - D.R.

Surprise dans les allées de We Are Real Estate : le stand 312 est occupé par Takenaka Europe. Késako ? On apprend que ce groupe est familial, qu’il est japonais (ça, on l’avait deviné), qu’il existe depuis 400 ans au pays du Soleil Levant et même depuis… 44 ans en Belgique, et qu’il regroupe à la fois les fonctions de bureau d’architecte et d’ingénierie, mais aussi d’entreprise générale.

Si l’on n’a jamais entendu parler de Takenaka jusqu’ici, c’est pour une raison simple : les Japonais aiment rester entre eux et ont un goût prononcé pour la discrétion. Pas étonnant, dès lors, que la majorité des constructions réalisées depuis 1975 en Belgique ont été des bâtiments de sociétés japonaises installées sur le sol belge, comme les bureaux de Makita à Kortenberg et de Komatsu à Vilvorde, le centre logistique de Toyota à Diest ou encore le bureau de la Marine de Tokyo à Bruxelles, pour ne prendre que ces exemples. « Mais nous avons aussi construit des établissements scolaires : l’école japonaise à Bruxelles et l’école internationale St John’s à Waterloo », insiste fièrement Yasmina Bahlouli, la responsable ventes et marketing, comme pour mieux démontrer que Takenaka, ce n’est pas que du bureau et de la logistique. « Aujourd’hui, le groupe s’ouvre à toutes les autres réalisations et nous sommes ici pour le faire savoir. »

Employant 15 personnes en Belgique, l’entreprise nipponne n’engage que des architectes et des ingénieurs. Les travaux de construction sont sous-traités. « Nous rencontrons tous les jours des professionnels du milieu de l’immobilier qui n’ont jamais entendu parler de nous », sourit Yasmina Bahlouli. « Takenaka possède 13 sociétés implantées aux quatre coins de l’Europe et le siège européen se situe à Düsseldorf. »

Si Takenaka doit encore se faire un nom en Belgique, c’est parce que les projets réalisés jusqu’ici ne sont pas de grande envergure. « En France, les projets sont plus conséquents, notamment à Paris. Nous donnons souvent un coup de main à nos collègues français. »

Lors du dernier Mipim à Cannes, Takenaka Japon a été primé dans la catégorie Meilleur centre commercial avec le Hirakata T-Site à Osaka. Une récompense qui en dit long sur le savoir-faire du groupe.

Si Takenaka a décidé de se lancer dans la bagarre en Belgique, c’est à cause du changement de management à la tête des boîtes japonaises. « Il y a 20 ans, leurs managers étaient tous japonais et lorsqu’ils voulaient construire, agrandir ou rénover leur bâtiment, ils n’avaient qu’un interlocuteur : Takenaka », conclut Yasmina Bahlouli. « Aujourd’hui, le management est plutôt dirigé par des Belges et ceux-ci veulent voir toutes les offres du marché avant de se décider… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
On ne peut pas multiplier les politiques et les priorités à couvrir et réduire le budget à y consacrer
», insiste Olivier Chastel.

    Le Parlement européen veut 60 milliards de plus pour le climat, selon Olivier Chastel

  2. d-20190131-3R0NN6 2019-11-05 20:59:31

    Retard scolaire, origine,...: la carte d’identité de l’élève francophone

  3. d-20191128-3XGE94 2019-11-28 11:17:40

    Affaire Nethys: la Socofe renonce à son recours contre le décret gouvernance wallon

La chronique
  • Peut-on se payer la Maison-Blanche?

    I’m not a billionnaire ! », a lâché, amère, la sénatrice de Californie, Kamala Harris, en annonçant qu’elle abandonnait la course à l’investiture démocrate pour la présidentielle américaine.

    La pique visait sans doute moins Donald Trump que deux candidats de son propre parti, Tom Steyer et Michael Bloomberg, dont les fortunes personnelles sont estimées, respectivement, à 1,6 milliard et 50 milliards de dollars par le magazine Forbes.

    Que des hommes, blancs, et vieux, comme Steyer (62 ans) et Bloomberg (77 ans), mais aussi Joe Biden (77 ans) ou Bernie Sanders (78 ans), puissent – sauf surprise – mener campagne jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, alors que Kamala Harris, self-made woman de 55 ans, métisse, de père jamaïcain et de mère indienne, ait dû jeter l’éponge début décembre 2019 est déjà, en soi, problématique pour certains progressistes.

    Qu’à l’instar de l’actuel président...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite