Takenaka veut voir le soleil se lever sur le marché belge

Le centre commercial Hirakati T-Site à Osaka a été primé au Mipim de Cannes comme meilleur centre commercial.
Le centre commercial Hirakati T-Site à Osaka a été primé au Mipim de Cannes comme meilleur centre commercial. - D.R.

Surprise dans les allées de We Are Real Estate : le stand 312 est occupé par Takenaka Europe. Késako ? On apprend que ce groupe est familial, qu’il est japonais (ça, on l’avait deviné), qu’il existe depuis 400 ans au pays du Soleil Levant et même depuis… 44 ans en Belgique, et qu’il regroupe à la fois les fonctions de bureau d’architecte et d’ingénierie, mais aussi d’entreprise générale.

Si l’on n’a jamais entendu parler de Takenaka jusqu’ici, c’est pour une raison simple : les Japonais aiment rester entre eux et ont un goût prononcé pour la discrétion. Pas étonnant, dès lors, que la majorité des constructions réalisées depuis 1975 en Belgique ont été des bâtiments de sociétés japonaises installées sur le sol belge, comme les bureaux de Makita à Kortenberg et de Komatsu à Vilvorde, le centre logistique de Toyota à Diest ou encore le bureau de la Marine de Tokyo à Bruxelles, pour ne prendre que ces exemples. « Mais nous avons aussi construit des établissements scolaires : l’école japonaise à Bruxelles et l’école internationale St John’s à Waterloo », insiste fièrement Yasmina Bahlouli, la responsable ventes et marketing, comme pour mieux démontrer que Takenaka, ce n’est pas que du bureau et de la logistique. « Aujourd’hui, le groupe s’ouvre à toutes les autres réalisations et nous sommes ici pour le faire savoir. »

Employant 15 personnes en Belgique, l’entreprise nipponne n’engage que des architectes et des ingénieurs. Les travaux de construction sont sous-traités. « Nous rencontrons tous les jours des professionnels du milieu de l’immobilier qui n’ont jamais entendu parler de nous », sourit Yasmina Bahlouli. « Takenaka possède 13 sociétés implantées aux quatre coins de l’Europe et le siège européen se situe à Düsseldorf. »

Si Takenaka doit encore se faire un nom en Belgique, c’est parce que les projets réalisés jusqu’ici ne sont pas de grande envergure. « En France, les projets sont plus conséquents, notamment à Paris. Nous donnons souvent un coup de main à nos collègues français. »

Lors du dernier Mipim à Cannes, Takenaka Japon a été primé dans la catégorie Meilleur centre commercial avec le Hirakata T-Site à Osaka. Une récompense qui en dit long sur le savoir-faire du groupe.

Si Takenaka a décidé de se lancer dans la bagarre en Belgique, c’est à cause du changement de management à la tête des boîtes japonaises. « Il y a 20 ans, leurs managers étaient tous japonais et lorsqu’ils voulaient construire, agrandir ou rénover leur bâtiment, ils n’avaient qu’un interlocuteur : Takenaka », conclut Yasmina Bahlouli. « Aujourd’hui, le management est plutôt dirigé par des Belges et ceux-ci veulent voir toutes les offres du marché avant de se décider… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Grand-Place se déconfine. En mode élargi, les terrasses ne sont pas encore remplies.

    Berezina pour le tourisme à Bruxelles

  2. Le Luxembourg pourrait rapidement retourner «
au vert
» si les indicateurs prenaient en compte les non-résidents testés positifs qui font grimper les chiffres.

    Le Luxembourg, en zone orange, est-il victime de son dépistage massif?

  3. d-18010926-WECMLJ

    Des «vacances judiciaires» actives, pour rattraper le temps perdu

La chronique
  • Coronavirus – «La vie devant toi», jour 32: le fantasme

    L’autre jour, il s’est passé un truc incroyable.

    On s’est rendu compte que le Covid-19, ce sale virus dégueulasse, oppressant et mesquin, s’était insinué partout, mais partout dans notre inconscient, nos fantasmes et nos rêves les plus coquins.

    Prenez les plus bateaux, les plus communs, les plus évidents : le fantasme du lieu public, celui de la salle de gym, des transports en commun, du divan du psy ou du bureau de la prof d’allemand, le fantasme du sauna, de la backroom, de l’avion, du parc, de l’ascenseur, du cinéma, les fantasmes où on est plein, le plan à 3, 4, 5, 6, 10 où tout le monde porte un masque mais pas un stupide FFP2, non, un masque comme dans Eyes Wide Shut de Kubrick, avec des inconnu.e.s croisé.e.s dans l’obscurité et quand les lumières se rallument, tout le monde a disparu.

    Mais comment voulez-vous que ça fonctionne encore ? A peine vous laisserez-vous aller à la rêverie qu’une énorme alarme se...

    Lire la suite

  • C’est une certaine idée du contrat social qui se délite

    On devait s’y attendre. Et pourtant, on se surprend à être surpris. Les points de friction entre employeurs et salariés autour des différents aspects des mesures Corona étaient prévisibles : assimilation du chômage temporaire à une période de préavis, remplacement de salariés par des emplois « low cost », refus de reconnaître le droit au retrait invoqué. A ces « incidents », il fallait s’attendre.

    Parce qu’aucune règle ne sera jamais assez précise pour être totalement...

    Lire la suite