La Communauté germanophone tient son gouvernement: la coalition sortante ProDG, PFF et SP est reconduite

Oliver Paasch ©Belga
Oliver Paasch ©Belga

Après seulement deux jours de discussions, une coalition a été formée pour diriger la Communauté germanophone durant les cinq prochaines années. Malgré la perte d’un siège au parlement, la coalition sortante – ProDG, PFF et SP – a été reconduite.

« Avec 13 sièges sur 25, nous disposons d’une courte majorité. Nous avions indiqué avant les élections que cette coalition serait reconduite si le choix des électeurs le permettait. C’est le cas. Nous avons cependant tenté de renforcer la majorité en l’ouvrant à un quatrième partenaire, à savoir Ecolo. Mais ces derniers n’étaient pas prêts à entrer dans une coalition à quatre », a expliqué Oliver Paasch, qui restera à la tête du prochain gouvernement.

Karl-Heinz Lambertz, président du parlement

Concernant les autres formations politiques, Oliver Paasch a indiqué qu’une coalition avec le CSP n’était pas envisageable tout comme avec Vivant. Antonios Antoniadis (SP) et Harald Mollers (ProDG) ont de leur côté rappelé que la confiance était primordiale en politique et qu’il était dès lors important de tenir sa parole.

Au niveau de la composition du gouvernement, les quatre ministres – Oliver Paasch (ProDG), Antonios Antoniadis (SP), Harald Mollers (ProDG) et Isabelle Weykmans (PFF) – conservent leur mandat. Enfin, le poste de président du parlement sera attribué à Karl-Heinz Lambertz (SP) tandis que c’est Alexander Miesen (PFF) qui siègera au Sénat jusqu’en 2022, date à laquelle il cédera son siège à Gregor Freches.

Elections 2019 : tous les résultats et les coalitions possibles à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. NETHYS

    Nethys, le grand déballage: Stéphane Moreau va quitter la holding

  2. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    L’idée d’une taxe kilométrique divise... et s’enlise

  3. Au vu des résultats de notre sondage, l’optimisme sans faille des informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte est difficile à expliquer... © Photo News.

    Grand Baromètre: les Belges disent non à une coalition PS-N-VA et non à de nouvelles élections

La chronique
  • Réchauffement climatique: la faillite de la démocratie

    Avec les manifestations des jeunes pour le climat, au printemps, certains ont cru que la démocratie allait faire la preuve de son efficacité en matière environnementale. Après des décennies d’aveuglement, d’errance ou d’atermoiement, la priorité climatique, au moins, serait propulsée en tête de tous les agendas politiques, en particulier en Europe avec le scrutin du 26 mai.

    Un thème qui peine à s’imposer

    Les écologistes ont fait des percées remarquables dans certains pays, mais ils n’ont obtenu que 10 % des sièges au Parlement européen, comme si les citoyens ne se résolvaient pas à placer l’environnement en tête de leurs préoccupations malgré le matraquage médiatique sur la question du climat. Il est vrai que les Verts n’ont plus le monopole...

    Lire la suite

  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite