Accueil Opinions Chroniques

Etats-Unis: Joe Biden, trop centriste pour son époque?

Historiquement, les élections présidentielles américaines se sont presque toutes gagnées au centre. Mais en 2016, Donald Trump a changé la donne. Depuis, il entretient une polarisation qui s’avère pleine de périls pour les démocrates.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 5 min

Depuis que Joe Biden a annoncé qu’il se lançait dans la course à la présidence, la campagne électorale américaine est entrée dans le vif du sujet. Donald Trump a enfin un adversaire crédible. Certes, le chemin est encore long jusqu’à la convention démocrate de Milwaukee, prévue en juillet 2020, mais selon les dernières estimations du site RealClearPolitics, l’ancien vice-président de Barack Obama, aujourd’hui âgé de 76 ans, recueillerait 34,7 % d’intentions de vote dans son camp, contre 17,7 % seulement pour le sénateur Bernie Sanders – aucun des 19 autres candidats déclarés n’atteignant la barre des 10 %.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, lundi 3 juin 2019, 22:02

    "Groping" Joe est blanc, male et très âgé = 4 handicaps majeurs. Son élocution est d'ailleurs de moins en moins intelligible. Quant à AOC, c'est une charmante enfant gâtée qui ne comprend rien au monde qui l'entoure. Bref, Trump a encore de beaux jours devant lui.

  • Posté par Deckers Björn, jeudi 30 mai 2019, 17:21

    Il faudrait qu'on fasse des échanges utiles entre progressistes américains et européens. AOC a bien raison de remettre sur le tapis les taux d’imposition qui existaient aux USA avant la révolution des années Raegan et nous devrions aussi leur envoyer des gens qui pourraient leur expliquer que notre système d'assurance collectif étatique de la santé est finalement moins coûteux et bien plus efficace et plus social que le leur. Cela dit, on voit bien le cancer de nos démocraties. Il suffit à un quidam de balancer "moins d'impôt" dans le débat pour faire basculer les élections. A ce jeu de beaufs de l’individualisme roi, on finira par revenir à la condition humaine du XIXème siècle. Affligeant.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs