Le Parlement européen refoule les nouveaux eurodéputés catalans Puigdemont et Comin

Carles Puigdemont devant le parlement européen à Bruxelles © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont
Carles Puigdemont devant le parlement européen à Bruxelles © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont

Depuis lundi, les nouveaux élus des 28 Etats membres peuvent venir s’enregistrer auprès d’un « welcome village » au Parlement européen, où ils se font délivrer un badge temporaire d’un mois et obtiennent un « welcome pack ».

Il est environ 16h45 ce mercredi, rue Wiertz à Bruxelles. Carles Puigdmont et Toni Comin, le président et le ministre catalans déchus et exilés à Bruxelles, entrent au Parlement européen (PE), où ils ont été élus députés dimanche dernier lors des élections européennes en Espagne.

Puigdemont et Comin ne viennent pas seuls. Ils arrivent en compagnie de deux autres nouveaux eurodéputés: Dina Riva, élue sur la liste républicaine catalane ERC, et le Basque Pernando Barrena du parti Bildo (ex Herri Batasuna), élus sur la liste d’alliance régionaliste Ahora Republicas. Passé le contrôle de sécurité, un employé du Parlement doté d’une liste leur demande comme à tous les autres qui ils sont et de quel pays. Riva et Barrena se font gentiment orienter vers le « welcome village » situé dans un autre bâtiment. Mais l’employé retient Puigdemont et Comin qui avançaient déjà avec leurs collègues: « Vous ne pouvez pas entrer. »

>> Lire notre reportage : comment Carles Puidgemont a été refoulé par le Parlement européen

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20150129-37L6LD 2015-01-29 10:05:39

    Banque: un accès au cash toujours plus complexe

  2. Joachim Coens et Georges-Louis Bouchez.

    Bouchez-Coens: deux novices pour sortir de la crise politique

  3. Pour les sénateurs démocrates comme Elizabeth Warren, il faut que la procédure s’achève vite pour leur permettre de faire leur campagne pour les primaires de leur parti.

    Chefs d’accusation contre Trump: pourquoi les démocrates sont pressés d’en finir

La chronique
  • Vincent de Coorebyter: «La grande misère du choix électoral»

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Le grand fossé de l’impeachment, dans l’Amérique de Trump

    Montez ! Sautez dans le traîneau des esprits de Noël, et laissez-vous mener par-delà les villes et les champs, pour entrer dans les chaumières et prendre le pouls des foyers américains ! Cette radioscopie à la Dickens, dont rêvent tous les sondeurs depuis l’élection surprise de Donald Trump en 2016, ne vous réjouirait guère : jamais depuis la guerre de Sécession (1861-1865), nos cousins n’ont été plus divisés, ne se sont ainsi entre-déchirés, au point de reconsidérer, de plus en plus fréquemment, leur participation au sacro-...

    Lire la suite