Formation du gouvernement fédéral: qui est pressenti pour le rôle d’informateur?

©Belga
©Belga

Le roi Philippe a achevé un premier tour de consultations ce mercredi, en recevant les présidents de chaque parti, y compris celui du Vlaams Belang. Le chef de l’Etat doit ensuite nommer un «  informateur », une sorte de médiateur, pour explorer les pistes possibles en vue de former le gouvernement fédéral. Selon nos informations, cette décision pourrait être annoncée ce jeudi, suite à une nouvelle audition au Palais royal vers 16h. Trois scénarios se profilent cependant :

► La désignation d’Elio Di Rupo comme informateur, étant donné que le PS et le SP.A sont la famille politique gagnante des élections fédérales, avec 29 sièges au total. Le PS en ayant 20 à son compte, le rôle reviendrait donc logiquement à son président plutôt qu’à son homologue flamand.

► La désignation de Bart De Wever, la N-VA étant le plus grand parti politique du pays, avec 25 sièges à la Chambre. Le président du parti nationaliste avait déjà été désigné informateur durant la formation du précédent gouvernement.

► La désignation d’une personnalité extérieure, émanant d’un autre parti politique ou qui n’est plus actif actuellement. Cet informateur, plus « neutre », aurait davantage un rôle préalable d’exploration.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite