Le Roi nomme Didier Reynders et Johan Vande Lanotte comme informateurs

Dans cet article
© Photo News
© Photo News

Le roi Philippe a désigné jeudi comme informateurs l’actuel vice-Premier ministre MR Didier Reynders et l’ex-vice-Premier ministre socialiste Johan Vande Lanotte en leur demandant de faire un premier rapport la semaine prochaine, a annoncé le Palais royal.

Le souverain «a reçu en audience au Palais de Bruxelles MM. Didier Reynders et Johan Vande Lanotte et les a chargés d’une mission d’information visant à identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral», a précisé le Palais dans un communiqué.

«Dans le cadre de cette mission, ils garderont le contact avec les responsables des négociations dans les régions et communautés. Reynders et Vande Lanotte ont accepté cette mission. Ils feront un premier rapport au Roi sur l’avancement de leur mission le 6 juin», conclut le texte.

«Nous allons travailler, ensemble, dans la discrétion jusqu’au 6 juin», a de son côté affirmé Didier Reynders à la presse, à l’issue de l’audience qui aura duré une petite heure.

Les deux responsables politiques, qui ont assuré «bien se connaître et travailler ensemble depuis longtemps», ont été chargés d’"objectiver les grands défis» qui sous-tendent la formation du prochain gouvernement et de «voir quelles solutions sont possibles» pour y parvenir, a précisé le vice-Premier ministre libéral.

«Les contacts démarreront dès ce jeudi et se poursuivront dans les jours qui viennent», notamment avec les partis qui sont à la manoeuvre dans les Régions, a ajouté Didier Reynders.

«La situation est complexe et on sait que cela ne sera pas facile. Si c’était facile, ce serait déjà fait», a-t-il conclu.

Le souverain avait achevé un premier tour de consultations mercredi, en recevant les présidents de chaque parti, y compris celui du Vlaams Belang.

Elections 2019: ça sert à quoi, un informateur?

Par Xavier Counasse

© PhotoNews
© PhotoNews

Au Palais, après le scrutin, le Roi reçoit en audience une série de personnalités (les présidents de partis et ceux de la Chambre et du Sénat), afin de déterminer les possibilités de formation d’un nouveau gouvernement fédéral. Après ces consultations, le Souverain a pris l’habitude de nommer un informateur (voire deux, dans le cas présent). Ce dernier est chargé de défricher le terrain et d’analyser la faisabilité de telle ou telle coalition. « L’informateur est un responsable politique expérimenté, qui rassemble des informations auprès des différents partis quant à leurs points de vue et souhaits concernant la formation d’un nouveau gouvernement. Il vérifie comment une majorité peut être dégagée et avec quels partenaires. Un informateur peut, par exemple, être désigné lorsque les résultats des élections offrent plusieurs possibilités de former un gouvernement ou lorsque la formation d’un gouvernement pourrait s’avérer très difficile », explique-t-on sur le site officiel belgium.be.

La première fois que le Roi a eu recours à un informateur date de 1935, lors des négociations qui ont mené à la formation du gouvernement Van Zeeland.

Dans sa définition, le Crisp (Centre de recherche et d’information sociopolitiques) souligne encore que « le choix de l’informateur est laissé à la discrétion du Roi. Il s’agit généralement d’une personnalité politique connaissant les rouages de la politique belge et généralement issu d’un parti politique ayant remporté une victoire électorale ». Si la connaissance des mécanismes politiques belges est incontestable pour le tandem Reynders-Vande Lanotte, on ne peut en revanche pas dire que leur parti soit sorti vainqueur des élections.

Suivra un formateur… ou une crise

Une fois que l’informateur a terminé sa mission, il en fait rapport au Roi et le conseille quant à la désignation d’un formateur. Ce dernier aura la tâche de former la coalition avec les partis pressentis, et de définir le programme à réaliser.

En cas de crise politique (quand aucune coalition ne se dégage et/ou que l’informateur jette l’éponge), le Palais peut se montrer inventif, en faisant intervenir des négociateurs, explorateurs, médiateurs ou pacificateurs. Autant d’appellations qui recouvrent en fait la notion d’informateur. On a fait tout le dictionnaire des synonymes en 2010-2011, lors des 541 jours de crise.

Ce mécanisme n’existe qu’à l’échelon fédéral. Pour la formation des gouvernements régionaux, ce sont les présidents de parti qui gèrent la négociation, sans rapport au Roi. La tradition veut que ce soit le parti arrivé en tête du scrutin régional qui entame les négociations.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Avec la politique de rémunération fixée par le gouvernement Di Rupo qui plafonne les revenus des dirigeants d’entreprise publique, il ne sera pas aisé de trouver un remplacant à Koen Van Gerven.

    bpost devra poursuivre sa mue avec un nouveau CEO

  3. HUNGARY-GERMANY-AUSTRIA-PAN-EUROPEAN-PICNIC-IRON-CURTAIN

    Il y a 30 ans, le «Rideau de fer» se levait

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite