Brexit: 5 300 Belges ont demandé le statut de résident permanent au Royaume-Uni

© Reuters
© Reuters

Le gouvernement britannique a annoncé jeudi avoir reçu plus de 750.000 demandes de citoyens de l’Union européenne installés au Royaume-Uni souhaitant obtenir un statut de « résident permanent » pour continuer à vivre dans le pays après le Brexit.

À la fin du mois d’avril, le nombre de demandes de résidents de nationalité belge était de 5 300. Les Polonais sont les plus nombreux à avoir déposé une demande (plus de 100.000) suivi par les Roumains (environ 90.000) et les Italiens (plus de 70.000). Environ 26.500 demandes émanent de Français, selon des chiffres du ministère de l’Intérieur.

Elections 2019 : le Brexit, un « vaccin contre la propagande anti-européenne », selon Donald Tusk

Quelque 3,8 millions de citoyens européens vivent actuellement au Royaume-Uni. Ils doivent demander le statut de « résident permanent » (« settled status » en anglais) pour continuer à travailler ou toucher des prestations sociales lorsque le pays aura rompu ses liens avec l’Union européenne.

Initialement fixé au 29 mars, le Brexit a été reporté au 31 octobre au plus tard, les députés britanniques ayant rejeté à trois reprises l’accord de sortie négocié par la Première ministre Theresa May avec Bruxelles.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Si le Myanmar annonce des mesures de retour et que le Bangladesh s’engouffre dans la brèche, non seulement peu de Rohingyas sont candidats au retour mais les experts internationaux confirme que les conditions ne sont pas réunies.

    Deux ans après, l’impossible retour des Rohingyas

  2. Felix Tshisekedi lors de sa prestation de serment en janvier dernier à Kinshasa.

    RD Congo: la liste du nouveau gouvernement encore recalée…

  3. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite