La dépollution d’un site nucléaire coûte 119 millions à la Wallonie

La dépollution d’un site nucléaire coûte 119 millions à la Wallonie

Un lourd fardeau pèse sur la Région wallonne depuis 2012. A l’époque, l’entreprise Best Medical installée à Fleurus (Hainaut) dépose le bilan, laissant à la charge du public de gérer la dépollution de ce site nucléaire. Un chantier compliqué… et coûteux. Une facture de 127,9 millions à l’heure actuelle.

Pourtant, en 2012, l’Ondraf (qui gère les déchets nucléaires dans le pays) estimait le coût à 50,8 millions d’euros, soit deux fois moins. L’ardoise s’est remplie dans un rapport de 2017, dans lequel l’autorité estime le montant à charge de la Région à 118,9 millions.

Sauf que la Région conteste la situation. Pour elle, le fardeau financier doit être partagé. Si elle a déjà payé une partie du montant, c’est, nous dit-on au cabinet du ministre de l’Economie Pierre-Yves Jeholet (MR), uniquement « à titre d’avance » pour permettre à l’Ondraf de mener à bien ses travaux, « vu les problèmes de santé et de sécurité publique » que pose le site.

Des discussions entre notamment l’Etat fédéral, l’IRE (l’Institut national des radioéléments) et la Région wallonne seraient en cours pour définir la responsabilité financière de chacun. Car avant de passer dans les mains de la Région, le site de Best Medical était sous tutelle fédérale. Et c’est là le nerf de la guerre.

Tous les détails

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite