Accueil Culture Musiques

Stephan Micus White night

ECM

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 1 min

L’Allemand Stephan Micus est un musicien et un explorateur. Il parcourt le monde, il collectionne les instruments traditionnels, puis il crée sa propre musique, n’hésitant pas à mêler le kalimba et le duduk, des flûtes indiennes et des cymbales en bronze. C’est un artiste discret. Il n’aime pas la scène, il se produit très rarement live, il préfère s’exprimer via les albums.

Celui-ci est son 23e, Micus a 66 ans. Et, comme d’habitude, il joue de tous les instruments sur les dix pistes de ce magnifique album qu’il a évidemment composées lui-même. Le kalimba vient de l’Afrique subsaharienne : des langues de fer ou de bronze qui résonnent dans une boîte. Le duduk est une sorte de hautbois arménien. Micus utilise des guitares à 14 cordes, joue chacune des treize flûtes indiennes et chante chacune des sept voix de « Fireflies ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs