Russie: des scènes de sexe gay retirées du film «Rocketman»

© D.R.
© D.R.

Des scènes d’amour homosexuelles et de consommation de drogues ont été retirées de la version russe du biopic sur la star britannique Elton John, selon des critiques ayant assisté vendredi à une projection en Russie.

Le distributeur du film a confirmé avoir procédé à ces modifications pour des raisons légales, sans donner plus de précisions. «Toutes les scènes de baisers, d’amour et de sexe oral entre hommes ont été coupées», a écrit sur Facebook le critique de cinéma russe Anton Doline, jugeant «flagrant» que des coupes ont été réalisées.

Rocketman: drame musical poignant (vidéos)

Présenté au festival de Cannes, «Rocketman» retrace l’ascension d’Elton John, l’un des premiers chanteurs ouvertement homosexuels, et sa lutte contre les addictions (drogue, sexe, alcool).

Dans un communiqué, l’ONG Amnesty International a dénoncé un cas de «censure» qui «déshumanise les relations homosexuelles» et demandé la sortie de la version originale du film au nom du respect des droits des minorités sexuelles.

Festival de Cannes: Elton John en larmes lors de la projection de «Rocketman» (photos)

L’entreprise distribuant «Rocketman» en Russie, Central Partnership, a confirmé à l’agence de presse publique TASS que le film avait été modifié pour «respecter les lois russes».

Depuis 2013, une loi punit d’une amende ou de prison tout acte de «propagande» homosexuelle auprès des mineurs. Il est toutefois difficile de savoir si elle s’applique au film, qui sera interdit au moins de 18 ans au moment de sa sortie programmée la semaine prochaine en Russie.

Les sorties cinéma du moment

Le ministre russe de la Culture Vladimir Medinski a démenti que son ministère soit à l’origine de ces coupes, arguant, cité par l’agence de presse Ria Novosti, que «tout est décidé par le distributeur».

 
 
À la Une du Soir.be
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite