Parlement européen: les accréditations suspendues pour les Espagnols après un incident avec Puigdemont

Les eurodéputés espagnols © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont
Les eurodéputés espagnols © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont

Le Parlement européen a décidé la suspension des accréditations temporaires de tous les nouveaux eurodéputés espagnols, à la suite d’un incident avec Carles Puigdemont et un autre indépendantiste.

Carles Puigdemont et Toni Comin se sont vus refuser mercredi soir l’entrée du Parlement et la possibilité de s’accréditer temporairement, au motif que le Parlement ne disposait pas encore de la « liste officielle » des élus espagnols, a expliqué Paul Bekaert, l’un des avocats de Carles Puigdemont.

Or, d’autres élus espagnols s’étaient déjà accrédités, selon l’avocat, qui a dénoncé une décision « arbitraire et discriminatoire » des services du Parlement concernant les deux indépendantistes.

Des résultats officiels pas encore publiés en Espagne

Saisi par ailleurs par les trois présidents des délégations espagnoles des partis populaire (PPE), socialiste et de Cuidadanos, opposés aux indépendantistes et qui ont évoqué le risque de « perturbations politiques en Espagne », le président du Parlement européen Antonio Tajani a pris la décision de suspendre toutes les accréditations temporaires des élus espagnols.

Notant que les résultats officiels définitifs ne sont pas encore publiés en Espagne, M. Tajani explique avoir pris cette décision pour « éviter toute interférence avec une procédure nationale », dans sa réponse aux trois élus, vue par l’AFP.

« Le théâtre de l’absurde espagnol a été importé au Parlement européen », a commenté l’avocat.

Ancien président régional catalan, M. Puigdemont, qui s’est établi en Belgique pour échapper aux poursuites judiciaires en Espagne, était tête de la liste d’indépendantistes « Libres pour l’Europe » qui a obtenu 2 sièges aux élections.

Selon des sources parlementaires espagnoles, son élection ne devrait toutefois être validée qu’après sa prestation de serment en personne devant la Commission électorale espagnole. Or, il serait immédiatement arrêté s’il rentrait en Espagne. Selon sa défense, cette prestation n’est absolument pas prévue par la législation européenne et elle est contraire aux règles du Parlement européen.

M. Puigdemont affirme aussi pouvoir disposer de l’immunité parlementaire dès son élection.

La notification officielle du résultat des élections par les autorités espagnoles doit être communiquée au Parlement dans les 20 jours qui suivent le scrutin, selon l’avocat.

« Si le Parlement européen se laisse influencer par un État membre pour interdire qu’un député puisse y siéger, nous irons devant la Cour de justice européenne », a prévenu l’avocat.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 10844589-050

    France: condamné, Mélenchon dénonce un «procès politique»

  2. d-20191015-3WNJFK 2019-10-15 15:16:54

    La voiture cède lentement du terrain: des différences importantes selon les régions

  3. Jonathan Rigaux est pépiniériste à Longlier. 300.000 sapins sortiront de ses champs cette année.

    Le sapin de Noël se veut écoresponsable, et bio à terme

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • PS et N-VA: casa Kafka

    Et donc voilà Paul Magnette qui reprend cet après-midi le chemin du palais royal. Après des mois utilisés par d’autres à « dégager le terrain » – une manière cosmétique d’occuper le vide –, le président du PS a fait le boulot. Il pourrait même ne pas venir les mains vides : il aura à tout le moins essayé un scénario qui aurait sorti le pays de la crise et d’une transition en affaires courantes de moins en moins légitime démocratiquement. Il aurait produit un gouvernement. Ric-rac, mais un gouvernement....

    Lire la suite