Accueil Belgique

Pourquoi le procès de Valentin Vermeesch passionne-t-il tant?

L’incompréhension est un des moteurs de la fascination dans le procès «Valentin». Quelques éléments d’explications.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le procès des meurtriers de Valentin Vermeesch, jeune déficient mental torturé puis noyé dans la Meuse par ceux qu’il prenait pour ses amis, suscite un grand intérêt, qui n’a pas discontinué au fil des nombreuses audiences. Mais pourquoi ce fait divers captive-t-il plus le public qu’un autre ? La personnalité de chacun des accusés, la fragilité de la victime, cet effet de groupe qui fait peur… Mais surtout, selon le professeur en psychologie sociale Benoît Dardenne (ULiège), l’incompréhension.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Philippart Vincent, mardi 4 juin 2019, 22:41

    Est-il quelconquement question "d'information" ici? Donner les détails (y compris l'identité des personnes concernées) d'une affaire aussi sordide avant qu'elle ne soit jugée et que la vérité judiciaire ait été etablie n'est pas de "l'information", c'est du voyeurisme malsain, nuisible à la démocratie, nuisible à la justice et nuisible aux victimes directes et indirectes. Il est grand temps qu'il soit légiféré. Le public a bien le temps de savoir ce qu'il doit savoir après le procès, dans la sérénité et la dignité que mérite le justice et ceux qu'elle implique.

  • Posté par Lebrun Marie-france , samedi 1 juin 2019, 11:21

    J'ai lu 3 fois votre article, Madame Wauters afin de bien comprendre ce que vous exprimiez. Je suis totalement d'accord avec vous. Tant d'autres crimes et délits mériteraient que le commun des mortels s'y intéresse autant. Ici il est vrai que nous sommes dans l'incompréhension de tels actes car nous avons été éduqués et soutenus par nos géniteurs (cela aussi nous confère un niveau de QI bien meilleur car notre "conditionnement" a été le reflet d'une société correcte dans le respect de tous et de chacun) ou tout le moins par leurs remplaçants. Mais qu'en est-il d'un enfant qui grandit sans repères, abandonné à son sort, comme un "chien" (les mêmes personnes qui délaissent leurs enfants dressent souvent leurs chiens à l'attaque !!??!!), ils reçoivent donc comme exemples soit rien soit la méchanceté et sont très souvent déscolarisés. Tout cela n'excuse pas les faits pour lesquels ils passent aux assises bien sûr. Mais surtout n'est-ce pas là, par ce genre d'acte (il y en a eu d'autres déjà) qu'on peut penser se trouver maintenant devant une société défaillante, voire dégénérée. Ne faudrait-il pas chercher la cause de tels comportements à un niveau plus général et constater également que toutes les technologies nouvelles dont les jeunes usent et abusent, deviennent perverses car vraiment trop faciles à en contourner le but premier de celles-ci : rapprocher les uns des autres par l'amitié. Merci de m'avoir lu.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs