Courte défaite de Delfine Persoon contre Katie Taylor en boxe à New York

photo news
photo news

Deux arbitres ont donné l’avantage à Taylor avec une avance de 96 points contre 94, le troisième a vu un match nul de 95-95.

La Belge de 34 ans a donc manqué de très peu le match de sa carrière contre la fameuse Irlandaise Katie Taylor, championne olympique en 2012, qui remettait en jeu ses trois titres mondiaux des légers (-61,235 kg), WBA, IBF et WBO. Delfine Persoon défendait de son côté la ceinture WBC. C’est en définitive Katie Taylor qui l’a passée autour de sa taille, faisant d’elle la championne en poids légers des quatre fédérations.

Durant la première partie des dix rounds de 2 minutes, l’Irlandaise dominait légèrement et la Belge témoignait de trop de respect. Mais ses coups se sont raffermis au fur et à mesure. Contre une adversaire plus technique et rapide, Delfine Persoon a misé sur le combat physique. Elle s’est imposée aux troisième et quatrième rounds mais, au sixième, l’Irlandaise, blessée, s’est ressaisie. Au huitième round, la boxeuse belge s’est montrée plus agressive et a accéléré son jeu. Katie Taylor a tout fait pour rester dans le combat et a été sauvée dans le dixième round par la cloche, remportant le match grâce aux points, malgré un faible écart.

La Belge craignait le manque d’objectivité des arbitres américains, une inquiétude qui semble s’être justifiée. Car même le public, qui était comme un seul homme derrière l’Irlandaise au Madison Square Garden, s’est montré surpris du verdict. Après avoir vu leur idole au bord de la défaite, les spectateurs ont jubilé à l’annonce des points des arbitres.

«Ce fut très serré», a réagi Katie Taylor. «Mais je pense que j’en ai quand même assez fait pour gagner. Delfine Persoon est une championne formidable. Je n’ai jamais dû autant aller à fond. Ce fut le combat le plus difficile de ma carrière. Je suis certainement prête pour un match retour», a commenté la quadruple championne, alors que son adversaire avait déjà quitté l’arène en larmes.

Il s’agit de la deuxième défaite sur 45 matchs pour la Belge, la seule depuis 2010. Sur ses 43 victoires, 18 étaient par KO. Elle détenait le titre mondial WBC depuis avril 2014, qu’elle remettait en jeu pour la 10e fois samedi.

L’Irlandaise reste, elle, invaincue dans 14 affrontements professionnels, remportant 6 victoires par KO.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La technologie ADN permettrait d’étendre ce vaccin à d’autres souches de virus.

    Vaccin anticoronavirus chinois: la course contre la montre

  2. delalb

    Le roi Albert II reconnaît être le père de Delphine Boël, quel nom portera-t-elle?

  3. POLITICS PARTY MEETING PS

    Coalition fédérale: le PS dévoile les propositions «imbuvables» de la N-VA

La chronique
  • Brux-ils Brux-elles : une priorité, la lutte contre les discriminations

    En filigrane de l’affaire Kir ne pouvait-on lire un peu de communautarisme ? Et faire le procès de l’un n’équivalait-il pas à ouvrir celui de l’autre ? La question s’est posée lors de chacune des (nombreuses) discussions avec des élus, socialistes mais pas que, des experts, de la communauté turque mais pas que… Avec, à plusieurs reprises, cette réponse, cinglée : « c’est le procès de la diversité que vous faites, et ça, c’est hors de question ». Non, il n’était, évidemment pas question de faire le procès de la diversité. C’est donc que le terme était mal choisi…

    Apparu dans la langue française au cours des années nonante, le mot « communautarisme » se hisse régulièrement dans les statistiques hautes d’occurrence sur le web et fait l’objet de nombreuses recherches académiques. Fabrice Dhume, sociologue, chercheur à Paris Diderot, s’est livré à une véritable enquête sur ce qu’il qualifie « de...

    Lire la suite

  • La leçon des «Sardines»: le populisme n’est pas une fatalité

    On dit souvent que l’Italie constitue le laboratoire politique de l’Europe. Et en Italie, Bologne apparaît comme le laboratoire du laboratoire. C’est dans la capitale émilienne, en effet, que le Parti communiste avait pris, à l’époque, ses distances avec Moscou. C’est là aussi que Romano Prodi avait inventé « l’Olivier », l’union de la gauche copiée un peu partout sur le continent. C’est là, encore, sur la place centrale, que Beppe Grillo avait lancé...

    Lire la suite