Courte défaite de Delfine Persoon contre Katie Taylor en boxe à New York

photo news
photo news

Deux arbitres ont donné l’avantage à Taylor avec une avance de 96 points contre 94, le troisième a vu un match nul de 95-95.

La Belge de 34 ans a donc manqué de très peu le match de sa carrière contre la fameuse Irlandaise Katie Taylor, championne olympique en 2012, qui remettait en jeu ses trois titres mondiaux des légers (-61,235 kg), WBA, IBF et WBO. Delfine Persoon défendait de son côté la ceinture WBC. C’est en définitive Katie Taylor qui l’a passée autour de sa taille, faisant d’elle la championne en poids légers des quatre fédérations.

Durant la première partie des dix rounds de 2 minutes, l’Irlandaise dominait légèrement et la Belge témoignait de trop de respect. Mais ses coups se sont raffermis au fur et à mesure. Contre une adversaire plus technique et rapide, Delfine Persoon a misé sur le combat physique. Elle s’est imposée aux troisième et quatrième rounds mais, au sixième, l’Irlandaise, blessée, s’est ressaisie. Au huitième round, la boxeuse belge s’est montrée plus agressive et a accéléré son jeu. Katie Taylor a tout fait pour rester dans le combat et a été sauvée dans le dixième round par la cloche, remportant le match grâce aux points, malgré un faible écart.

La Belge craignait le manque d’objectivité des arbitres américains, une inquiétude qui semble s’être justifiée. Car même le public, qui était comme un seul homme derrière l’Irlandaise au Madison Square Garden, s’est montré surpris du verdict. Après avoir vu leur idole au bord de la défaite, les spectateurs ont jubilé à l’annonce des points des arbitres.

«Ce fut très serré», a réagi Katie Taylor. «Mais je pense que j’en ai quand même assez fait pour gagner. Delfine Persoon est une championne formidable. Je n’ai jamais dû autant aller à fond. Ce fut le combat le plus difficile de ma carrière. Je suis certainement prête pour un match retour», a commenté la quadruple championne, alors que son adversaire avait déjà quitté l’arène en larmes.

Il s’agit de la deuxième défaite sur 45 matchs pour la Belge, la seule depuis 2010. Sur ses 43 victoires, 18 étaient par KO. Elle détenait le titre mondial WBC depuis avril 2014, qu’elle remettait en jeu pour la 10e fois samedi.

L’Irlandaise reste, elle, invaincue dans 14 affrontements professionnels, remportant 6 victoires par KO.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Wouter Beke, président (sur le départ) du CD&V.

    CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

  2. Krewe du Belge fait la fête sur le jazz populaire et funky de New Orleans.

    Baptême de l’art: trois raisons de s’offrir un Halloween culturel

  3. Les cinq candidats à la présidence du MR se retrouvent ce mercredi soir à Namur-Expo pour un grand débat.

    Présidence du MR: vrai débat bleu ou show superficiel?

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite