Immoweb lance une plateforme d’estimation de biens immobiliers

© Le Soir/Roger Milutin
© Le Soir/Roger Milutin

Immoweb, site internet qui propose des biens à louer ou à vendre, lance sa plateforme gratuite d’estimation de biens immobiliers, annonce-t-il lundi dans un communiqué.

La fin du printemps arrive, ce qui marque «le retour des recherches immobilières plus actives chez les Belges», à en croire Immoweb. Le moment idéal donc pour le site pour lancer son nouvel outil: une plateforme d’estimation de biens immobiliers.

Selon la Banque nationale de Belgique, l’immobilier représente en moyenne 86,3% des actifs d’un ménage belge, pointe le site. Il importe dès lors de connaître la valeur de son appartement, de sa maison ou encore de sa villa.

L’utilisateur encode une série de paramètres comme l’adresse ou la superficie. L’outil recourt ensuite à l’intelligence artificielle et au «principe de machine learning» afin de déterminer comment toutes ces caractéristiques s’influencent mutuellement.

La plateforme, qui se veut complémentaire aux agents immobiliers, a été développée à partir de la base de données Immoweb, «en particulier les 300.000 biens les plus récemment placés» sur le site internet.

►Immoweb lance un site de biens de prestige: des maisons à plus d’un million d’euros

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. d-20191008-3WJ5PV 2019-10-08 12:36:39

    Climat: le transport maritime pèse autant que nos voitures

  3. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite