Boxe: Delfine Persoon prête à déposer réclamation après sa défaite face à Katie Taylor

Boxe: Delfine Persoon prête à déposer réclamation après sa défaite face à Katie Taylor
Photo News

«Oui, nous allons déposer réclamation. Même si cela ne servira sans doute à rien», a confirmé Delfine Persoon, très marquée, portant des lunettes de soleil et une casquette sur la tête, lundi matin à son retour le sol belge, à Zaventem. L’ex-championne du monde WBC des poids légers (- 61,235 kg) était visiblement toujours dévastée par la décision à ses yeux, mais pas seulement, injuste et même scandaleuse, des juges de son combat de samedi contre l’Irlandaise (qui vit aux Etats-Unis) Katie Taylor, au Madison Square Garden de New York.

«On nous a empêché d’écrire une grande et tellement belle page de l’histoire de la boxe», fulminait encore la Sportive belge de l’année 2015. «Aujourd’hui tout le monde a vu et tout le monde sait que c’est une honte. Mais qui s’en souviendra encore dans quelquées années, à la lecture de mon palmarès où ce championnat figurera dans la colonne de mes défaites (jusqu’à présent très rares, ndlr)».

Déclarée gagnante aux points (95-95, 96-94 et 96-94), Taylor détient en effet à présent toutes les ceintures (WBO, WBA, IBF et WBC) de la catégorie.

Elle a plus ou moins laissé entendre qu’elle était prête à accorder une revanche «mais pas trop vite» (en septembre, ou en octobre) à Persoon, qui n’a pas l’air d’accorder beaucoup de crédit, sinon aucun, à cette vague promesse.

« A mes yeux ce n’est pas une défaite »

«Ce qu’on va faire maintenant», a-t-elle confié dans l’avion, «c’est bien sûr porter réclamation. Mais sans grand espoir car le poids de la boxe belge ne pèse pas lourd dans les instances. Maintenant tant mieux si on arrive à bouger un peu les lignes dans ce domaine. Mais avec mon entraîneur on va aussi tranquillement analyser ce combat séquence par séquence, afin d’avoir tous les arguments pour présenter un dossier inattaquable. J’avais dit avant mon départ pour New York que si ne gagnais pas par k.o les juges ne m’accorderaient jamais la victoire, et c’est malheureusement exactement ce qui s’est passé. J’aurais dû en finir avant la limite. J’ai d’ailleurs été tout près d’y parvenir au dernier round...»

A 34 ans, et après cette deuxième défaite en 45 combats, Delfine Persoon envisage-t-elle d’arrêter sa carrière?

«A mes yeux ce n’est pas une défaite», répond-elle. «Je m’accorde une ou deux semaines de réflexion pour décider de la suite. Pour beaucoup je n’avais aucune chance, mais j’ai prouvé, et je me suis prouvée le contraire...», conclut-elle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les implications de l’affaire Nethys sur les pratiques politiques resteront selon les historiens.

    L’affaire Nethys va-t-elle intégrer les livres d’histoire?

  2. Pour les étudiants, la réussite partielle est progressivement entrée dans les mœurs.

    Universités: le taux de réussite est en baisse structurelle

  3. d-20160728-G95KNK 2018-05-02 10:05:11

    Les avortements jusqu’à 18 semaines reposent la question de la formation

La chronique
  • Des tweets prolétariens

    Les médias sociaux sont de toutes les époques. C’est une des conclusions d’un livre remarquable du professeur d’histoire, Maarten Van Ginderachter, de l’université d’Anvers. Dans son ouvrage The everyday nationalism of workers (Le nationalisme quotidien des travailleurs), il explique que le quotidien socialiste gantois Vooruit avait lancé à la fin du dix-neuvième siècle un « denier de la lutte », une liste d’abonnements pour soutenir la presse socialiste. Ce qui est intéressant à propos de ces listes, c’est que les donateurs pouvaient compléter leur don par une brève déclaration, généralement des messages courts ou 1 à 5 lignes dans un langage très familier. Ces déclarations étaient publiées dans une section séparée, et dans le Vooruit. Elles représentèrent rapidement jusqu’à un quart de l’espace total de la copie, publiée au moins deux fois par semaine, contenant à chaque fois plusieurs dizaines de déclarations.

    Une propagande efficace...

    Lire la suite

  • Colonies israéliennes: Trump s’assied sur le droit international

    Donald Trump aime créer la surprise. Lundi soir, il a cependant laissé à son fidèle secrétaire d’État Mike Pompeo le soin d’annoncer urbi et orbi que les États-Unis, soudain, changeaient d’avis sur la question des colonies israéliennes en territoires palestiniens occupés. Désormais, l’administration américaine estime que ces colonies ne sont pas, ou plus, contraires au droit international. Le tableau pourrait presque faire sourire : un milliardaire devenu président de la plus grande puissance au monde se lève un beau matin, et décide...

    Lire la suite