Felice Mazzù présenté à Genk: «Je remercie Charleroi, Mehdi Bayat, le personnel et les supporters»

«  C’est une étape importante de ma jeune carrière d’entraîneur », a déclaré Felice Mazzu lors de sa présentation à Luminus Arena en tant que T1 du Racing Genk. Mazzu, 53 ans, a quitté le Sporting de Charleroi, qu’il entraînait depuis 2013, pour rejoindre les champions de Belgique.

« Je suis évidemment très heureux de rejoindre le club champion de Belgique. Je voudrais remercier Genk pour la confiance qu’il m’accorde. Je tiens aussi à remercier Charleroi, qui a contribué à mon développement. Je remercie Charleroi, Mehdi Bayat, le personnel et les supporters. Rejoindre Genk est un énorme défi, un vrai challenge. Mais j’aime les difficultés et j’ai envie de progresser. Cela ne me fait pas peur », a déclaré Felice Mazzu.

« La direction de Genk m’a montré beaucoup de confiance et qu’elle voulait vraiment travailler avec moi. J’en suis très fier et reconnaissant. J’ai été cité dans beaucoup de clubs mais c’est finalement Genk qui m’a attiré. »

Successeur de Philippe Clement, devenu entraîneur du Club de Bruges, Mazzu a signé un contrat à durée indéterminée en faveur du club limbourgeois. Son premier défi sera certainement de bâtir une équipe qui pourrait perdre ses cadres comme Malinovskyi, Trossard, Berge et Samatta, qui risquent tous de partir lors du mercato estival. « Si cela devait arriver, j’y ai été habitué à Charleroi, je n’ai donc pas de craintes. Dans le cas contraire, je serai ravi de travailler avec cette équipe. »

La saison prochaine, Mazzu dirigera le KRC Genk en Ligue des champions et retrouvera donc la scène européenne après un échec au 2e tour préliminaire de l’Europa League en 2015-2016 lorsque Charleroi s’était incliné devant les Ukrainiens du Zorya Louhansk. « Il y a beaucoup de défi et de travail, comme dans toutes les équipes. Peu d’entraîneurs en Belgique peuvent jouer la Ligue des champions et je suis heureux de pouvoir en faire bientôt l’expérience. Outre la qualité des adversaires et la médiatisation des rencontres, cela reste un match de football à préparer. Et à ce niveau-là, je suis à l’aise », a ajouté Mazzu, précisant vouloir « prolonger le merveilleux travail de M. Clement » et « montrer un football positif ».

Une zone d’ombre persiste toujours sur l’identité des adjoints de Mazzu à Genk. « Il faut respecter la structure du club car Genk se porte très bien. Mais c’est vrai qu’avoir un ami à mes côtés serait agréable », a ajouté Mazzu, qui a l’intention de rapidement apprendre le néerlandais et souhaite aussi intégrer autant de jeunes que possible dans le noyau principal.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Lionel Messi - ici, entre deux joueurs du Borussia Dortmund lors de la première journée de la Ligue des champions, mardi soir
: le Barça a finalement accepté de régler l’ardoise fiscale à sa place...

    Par Yann Philippin (Mediapart), Begona Ramirez (InfoLibre) et EIC - European Investigative Collaborations

    Football

    Football Leaks: le nouveau dribble fiscal du clan Messi

  • Ilaimaharitra est déjà l’un des cadres de Belhocine.

    Par Maxime Stévenne

    Charleroi

    SC Charleroi: un onze qui rafle 90% de temps de jeu

  • SOCCER EL GROUP STAGE STANDARD PREPARATIONS

    Par E.Px

    Standard

    Europa League: le Standard doit se replacer sur la carte européenne

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Un scrutin en Israël qui ne résout rien et occulte l’occupation

    Une élection sans vrai vainqueur, cela existe. Les Israéliens viennent de le prouver ce 17 septembre alors qu’ils étaient appelés, pour la seconde fois cette année, fait sans précédent, à élire un nouveau Parlement (Knesset). Les deux principales formations, arrivées à égalité en tête le 9 avril dernier, restent grosso modo sur leurs positions : ni le Likoud nationaliste du Premier ministre Binyamin Netanyahou ni « Bleu et blanc », le parti de centre droit emmené par l’ex-général Benny Gantz, ne font de percée décisive et...

    Lire la suite