Accueil Société

Grève du réseau hospitalier Iris: «Sur la question budgétaire, nous sommes alliés objectifs des syndicats»

Pour Renaud Witmeur, président du réseau, il y a une revendication commune à aller porter au niveau fédéral, face aux coupes subies par les hôpitaux publics bruxellois au cours des dernières années.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Ce lundi matin, une partie du personnel des hôpitaux publics du réseau Iris (la structure faîtière qui regroupe le CHU Brugmann, le CHU Saint-Pierre, l’Institut Bordet, l’hôpital des enfants Reine Fabiola et les Hôpitaux Iris Sud) a poursuivi le mouvement de débrayage de 24 h entamé dimanche soir à 20 h, dans le but d’interpeller et de demander des solutions concrètes à propos des conditions de travail de plus en plus difficiles au sein d’un secteur frappé à la fois par des pénuries et les coupes budgétaires. « C’est clair que par rapport à des mobilisations précédentes, la participation était importante », reconnaît Etienne Wéry, administrateur délégué d’Iris, en parlant d’au moins « 200 personnes » et « 160 personnes » déclarées en grève au niveau de Brugmann et de Saint-Pierre.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs