Accueil Monde Afrique

Au Soudan, le bras de fer devient sanglant

Les forces armées, de police et des milices ont violemment dispersé « le sit-in pacifique » présent depuis deux mois devant le siège de l’armée à Khartoum. Les Soudanais réclament inlassablement leur dû démocratique. Plus d’une vingtaine de personnes ont déjà été tuées.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 4 min

Plus de vingt morts à l’heure d’écrire ces lignes, des citoyens tabassés par les militaires dans les rues, des sit-in pacifiques violemment dispersés… Et le sentiment tenace d’assister à un terrible gâchis. Le bras de fer entre les généraux au pouvoir au Soudan et la contestation a pris une tournure sanglante ce lundi. Depuis la destitution d’Omar el-Béchir il y a près de deux mois, les tenaces Soudanais réclament des négociations sur un «  gouvernement de transition  » avec le Conseil militaire qui dirige le pays depuis le 11 avril. Et espère une sortie en douceur de la dictature. Des espoirs vains si l’on en croit les événements du jour.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Lahaye Olivier, mardi 4 juin 2019, 14:06

    Quand les journalistes en auront-ils bien placées pour exiger des explications de Théo Francken à propos du renvoi de Soudanais?

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs