Accueil Belgique

Le PTB affiche un visage «constructif»

Sur le papier, les deux formations politiques se sont rapprochées. Dans les faits, il paraît improbable de les voir former une alliance en Wallonie ou à Bruxelles.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le PTB au pouvoir, près de 600.000 Belges ont signalé qu’ils le souhaitaient. Du moins si l’on se fie aux résultats du 26 mai dernier. À l’échelle du pays, les marxistes ont doublé leur score de 2014. Ils ont aussi triplé leurs sièges dans les différentes assemblées. Trente nouveaux députés auront accès au perchoir, à peine quatre de moins que le Vlaams Belang (super-gagnant des élections).

Raoul Hedebouw et ses camarades ont atteint leurs deux objectifs principaux : être représentés en Flandre et pouvoir former des groupes politiques afin d’influencer l’agenda parlementaire de l’intérieur.

La suite logique serait de monter dans une majorité. En Flandre, cela paraît très peu probable. Bart De Wever, qui tente de former un gouvernement au nord du pays, a déjà exclu Peter Mertens, le président du PTB, des discussions.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs