Le prix des appartements est désormais plus cher en Brabant wallon qu’à Bruxelles

©D.R
©D.R

Le couperet vient de tomber. Le barème des notaires du premier trimestre de cette année nous fait savoir que, pour la première fois, le prix des appartements en Brabant wallon a dépassé celui de la Région de Bruxelles-Capitale : la moyenne des ventes s’est conclue à 246.500 euros, soit une hausse de 4,7 %, contre 243.166 euros dans la capitale où l’augmentation n’a été que de 1,2 %. Le Brabant wallon est désormais la deuxième province la plus coûteuse dans ce segment immobilier.

Habiter en Brabant wallon devient donc, d’année en année, de plus en plus difficile. Surtout quand on sait que la moyenne wallonne de ce premier trimestre n’est que de 175.344 euros pour un appartement. Le Hainaut reste la province la plus accessible avec une moyenne de 137.427 euros, derrière le Luxembourg avec 159.177 euros, Liège avec 161.871 euros et Namur avec 173.476 euros. Et même au Nord du pays, il n’y a que la Flandre-Occidentale qui est encore au-delà du Brabant wallon, avec une moyenne de 258.411 euros.

Des initiatives publiques offrent la parade aux Brabançons : à lire sur Le Soir+

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quel est le lieu qui incarne, pour vous, le monde d’après
? Jean Macq, professeur en santé publique à l'UCLouvain, a décidé de poser, à deux pas de l’université, devant une maison médicale, modèle parfait de ce en quoi il croit pour le futur des soins de santé
: «
La maison de santé, à deux pas de la crèche parentale, illustre bien l’importance de la notion de territoire qui doit guider notre vision de la santé dans le monde d’après. Plusieurs professions au cœur d’un quartier, donc au plus près du quotidien des habitants.
»

    Penser le monde d’après: quelles leçons pour le secteur de la santé?

  2. Le maire de Varsovie, Rafal Trzaskowski , en meeting parmi ses partisans, vendredi à Zgierz.

    Pologne: une présidentielle aux airs de référendum pour ou contre le PiS

  3. Pour le télétravail durant la crise du coronavirus, un montant de 126,94 euros par mois comme indemnité de bureau est défiscalisé.

    Opération Impôts: à quoi va ressembler votre déclaration 2021?

La chronique
  • Enseignement à distance: Loin des yeux, loin du cœur des missions de l’Université

    Dans la liste des « occasions à saisir » apportées par le Covid-19, à côté du télétravail, l’e-learning (l’apprentissage à distance) et le blended learning (la multimodalité ou la pratique d’enseignement mixte, en présentiel et distanciel avec des technologies dites « nouvelles ») figurent au sommet. Cependant, il s’agit là surtout de la poursuite d’un mouvement engagé depuis une dizaine d’années, malgré une résistance passive mais parfois ferme de la part d’une grande partie du personnel académique. Dans notre beau pays, certains recteurs ou rectrices enthousiastes, voire prosélytes, et leurs équipes investies de la mission de mise en œuvre du blended learning, pourraient donc bien chercher à tirer profit de la crise : un méchant virus, un confinement et trois mois de débrouillardise et d’improvisation en ligne imposées par les autorités et sans concertation avec les acteurs de terrain sauront-ils nous convertir à cette nouvelle mise en forme de l’enseignement supérieur ? Le mécanisme politique à l’œuvre est bien connu...

    Lire la suite

  • Avis à Emmanuel Macron: on n’a pas deux fois l’occasion de faire bonne impression

    Et donc, en France, c’est le Président qui a un gros problème – des politologues le disent même détesté –, c’est son Premier ministre qui est populaire, mais c’est ce dernier qui remet son tablier.

    Il est trop tôt pour prendre la totale mesure du « changement » que veut imprimer un Président en grande difficulté en remplaçant Édouard Philippe par le haut fonctionnaire Jean Castex. Il faudra attendre la composition du gouvernement et vérifier s’il y a, par exemple, constitution d’...

    Lire la suite