Accueil Monde Union européenne

Grèce: un vent mauvais souffle sur Syriza

Le parti de la gauche grecque, Syriza, au pouvoir depuis 2015, essuie des échecs sévères aux élections municipales et régionales.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Ce dimanche 2 juin, le Premier ministre grec Alexis Tsipras s’est rendu sur la place Syntagma, cœur d’Athènes, pour saluer les deux candidats de Syriza, le parti de gauche dont il est le leader. Au deuxième tour des élections régionales et municipales, il a félicité Rena Dourou, la présidente de la région Attique qui était candidate au renouvellement de son mandat, et Nasos Iliopoulos, qui briguait la mairie d’Athènes. Pourtant, ni l’un ni l’autre n’ont été élus. Rena Dourou a récolté 34,21 % face à son adversaire, Giorgos Patoulis. Nasos Iliopoulos a obtenu pour sa part 34,75 % des votes contre son concurrent Konstantinos Bakoyiannis. Après des élections européennes décevantes, à l’issue desquelles il a obtenu dix points de moins que son principal concurrent, le parti de droite Nouvelle Démocratie, Syriza poursuit sa dégringolade.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs