Le CDH dans l’opposition? Benoit Lutgen se retranche derrière Maxime Prévot

Benoît Lutgen
Benoît Lutgen - Le Soir/Bruno D’Alimonte

Benoît Lutgen était l’invité de Bel RTL ce mercredi matin. Fabrice Grosfilley l’a interrogé sur le fait de savoir si le CDH était prêt à monter dans une majorité malgré la défaite du parti aux élections.

« En tant qu’ancien président, j’ai un rôle particulier » a déclaré Benoît Lutgen. « J’ai passé le témoin à Maxime Prévot. C’est le président qui va donner la ligne. Je serai à ses côtés. Je serai le plus soutenant ». L’ex-président du CDH, comme Catherine Fonck, a déclaré que « le signal de l’électeur est de ne pas envoyer le CDH dans les majorités ».

Si Benoît Lutgen était encore président, il se serait exprimé sur la question de savoir si le CDH doit aller dans l’opposition, après les résultats de son parti. D’autres l’ont fait, comme Catherine Fonck, « qui l’a fait avec beaucoup d’élégance et beaucoup de force ». Mais son avis d’aller dans l’opposition, « c’est un point de vue », selon Benoît Lutgen. « Il y en aura d’autres qui seront exprimés. Le plus important c’est celui de Maxime Prévot, qui donnera la ligne du parti. »

Selon Maxime Prévot, «  il n’y a pas d’unanimité au CDH sur une cure d’opposition ». Le président actuel du CDH devrait remettre un rapport dans les prochaines heures.

Une coalition « iranienne »

Benoît Lutgen estime tout de même que « la coalition iranienne est bien en place, PS et Ecolo étant main dans la main, et ce, depuis bien longtemps ». Une expression que l’ex-président est le premier à utiliser.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite