Construction: Besix mise à fond sur l’innovation

Jonas Vandeven (à droite) et Luai Al Kurdi, ingénieur 3D, veillent à la destinée du bureau 3D à Dubaï.
Jonas Vandeven (à droite) et Luai Al Kurdi, ingénieur 3D, veillent à la destinée du bureau 3D à Dubaï. - D.R.

Besix, c’est un groupe belge dont on ne cesse de vanter le savoir-faire en matière de construction à travers le monde. Mais c’est aussi un groupe qui veut être à la page en matière de construction digitale. La mise en place du programme d’innovation interne « Unleash » et du processus d’idéation il y a deux ans a été le détonateur de plus de 300 idées. Certaines d’entre elles sont arrivées à différents niveaux de maturité.

L’Open innovation est un des six piliers stratégiques du groupe, a rappelé le CEO Rik Vandenberghe lors de la présentation des derniers résultats annuels. « Nos clients continuent à nous considérer comme des partenaires à long terme, ayant la capacité et les compétences requises pour assumer des projets complexes, via des solutions innovantes, durables et à valeur ajoutée. »

D’où l’idée de s’ouvrir aussi à l’innovation externe. « Concrètement, il s’agit de repérer les produits, les services, les nouvelles manières de travailler, qui sont en train d’émerger dans le secteur de la construction et de l’immobilier », explique Jérôme Constant, Start-Ups Accelerator Manager chez Besix. « Le secteur de la construction n’est pas le plus innovant. Les télécoms, la finance, la biotech… se sont intéressés avant lui aux start-up. »

Cet ancien des télécoms, qui a lancé l’Orange Fab en Belgique et au Luxembourg, sait de quoi il parle. « On constate que depuis 2, 3 ans, il y a de plus en plus de start-up qui voient le jour pour relever les défis et résoudre les problèmes que le monde de la construction connaît (NDLR : manque de digitalisation, lenteur d’exécution, sécurité sur chantiers…) », explique-t-il encore. « En juin 2018, nous avons lancé un accélérateur de start-up “matures”. Ce sont des sociétés qui ont mis au point un produit déjà commercialisable. »

Le groupe recherche des start-up en Europe et partout où il est actif (Canada, Afrique, Australie, Moyen-Orient). « Aujourd’hui, nous en avons neuf dans le programme. Cinq nous ont rejoints en octobre 2018 et quatre viennent de le faire début avril. Nous cherchons des start-up actives dans la construction 4.0, les nouveaux matériaux de construction, la mobilité, l’économie, le Urban Farming… Le programme est sur-mesure et gratuit. De plus, nous avons décidé de laisser ces jeunes pousses se développer dans leur propre écosystème », poursuit Jérôme Constant.

La prise de participation est une ambition et ne sera pas systématique. « Nous offrons du support dans plusieurs domaines (marketing, finance, juridique, financier…) mais plus spécifiquement nous mettons notre expertise construction à la disposition des start-up. Chacune d’entre elles reçoit également au moins un parraineur au niveau du Comité de direction qui met à disposition son réseau clients, partenaires, fournisseurs… Nous allons tester les solutions sur nos sites de construction. »

Une première à Dubaï

D’ores et déjà, des sociétés ont retenu l’attention. C’est le cas de la start-up française CAD 42, spécialisée dans la sécurisation des ouvriers sur chantier, de la start-up espagnole Scaled Robotics qui propose un robot autonome qui effectue des relevés sur chantier, et de la start-up munichoise, Kewazo, active dans la robotique en échafaudage.

Besix a par ailleurs acquis des participations dans Neanex (qui développe un logiciel de collaboration et d’intégration BIM) et PropChain (une application qui numérise les preuves écrites dans le domaine de l’immobilier et centralise les documents pour les propriétaires et autres parties prenantes dans un environnement sécurisé).

Par ailleurs, un laboratoire d’impression béton en 3D a été récemment inauguré à Dubaï. « Plusieurs éléments de l’impression 3 D sont susceptibles d’apporter une réelle valeur ajoutée », explique à ce sujet Jonas Vandeven, directeur Besix 3D à Dubaï. « Il s’agit de la possibilité de concrétiser directement sur chantier des formes architecturales beaucoup plus complexes que celles effectuées en béton classique au départ d’un coffrage. Mais il y a également la vitesse d’exécution. On passe très vite d’un process de design, à une impression directe de cette forme précise avec l’aide d’un bras robotique. Autres avantages : un environnement de travail plus sûr, moins de déchets, d’émissions CO2. Depuis deux ans, nous travaillons notamment sur un projet de brise-lames. C’est un projet très prometteur… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Paul Magnette.

    Négociations fédérales: la Vivaldi advient, bonjour les querelles

  2. B9722934715Z.1_20200315154627_000+GJ0FNRI3I.1-0

    CNS: baromètre et code couleur manquent toujours à l’appel

  3. Sophie Wilmès
: «
à chacun d’assumer ses responsabilités
».

    CNS: un assouplissement généralisé, noyé dans un flot de détails incomplets

La chronique
  • Visa pour la Flandre: «Ouvre la bouche et avale»

    Les amis devront se mettre à genoux, ouvrir la bouche et avaler tout ce qu’il faudra. » Cette idée-là a servi de mantra au martyre infligé à Louvain par dix-huit jeunes membres du club « d’élite » Reuzegom à une recrue qui était censée, au terme de ces horreurs, être jugée digne du groupe. Cette idée-là a suscité l’horreur et le dégoût de la Flandre et ensuite de tout qui a eu connaissance de ces actes pervers, mus par un désir de domination malsaine et une humiliation mortifère. Cette idée-là, mise en actes, a conduit à la mort un jeune homme de 20 ans, à genoux au fond d’un trou, aspergé d’eau glacée, étouffé par de l’huile sale et des poissons rouges vivants, au terme de deux jours en enfer.

    Alors, cette phrase-là, ce lundi, dans la bouche d’un Bart De Wever, badin, face aux caméras de la Vier à Anvers était tout juste insupportable. Interrogé lundi sur la crise politique dans le cadre du Gert Late Night sur la Vier, un talk-show du méga « BV » Gert Verhulst, Bart De Wever déclarait en fait exactement : « Nous les briserons dans l’opposition...

    Lire la suite

  • Formation fédérale: des co-formateurs, enfin !

    Enfin ! Un an, trois mois et vingt-huit jours après les élections, une étape décisive en vue de la formation d’un gouvernement fédéral est franchie. Ce mot « formateur », qu’on aurait voulu écrire à maintes reprises, n’est désormais plus une vague perspective, il est incarné par Paul Magnette et Alexander De Croo.

    Enfin ! Ce mercredi, on a moins entendu parler de personnes que l’on ne supporterait plus...

    Lire la suite