Construction: Besix mise à fond sur l’innovation

Jonas Vandeven (à droite) et Luai Al Kurdi, ingénieur 3D, veillent à la destinée du bureau 3D à Dubaï.
Jonas Vandeven (à droite) et Luai Al Kurdi, ingénieur 3D, veillent à la destinée du bureau 3D à Dubaï. - D.R.

Besix, c’est un groupe belge dont on ne cesse de vanter le savoir-faire en matière de construction à travers le monde. Mais c’est aussi un groupe qui veut être à la page en matière de construction digitale. La mise en place du programme d’innovation interne « Unleash » et du processus d’idéation il y a deux ans a été le détonateur de plus de 300 idées. Certaines d’entre elles sont arrivées à différents niveaux de maturité.

L’Open innovation est un des six piliers stratégiques du groupe, a rappelé le CEO Rik Vandenberghe lors de la présentation des derniers résultats annuels. « Nos clients continuent à nous considérer comme des partenaires à long terme, ayant la capacité et les compétences requises pour assumer des projets complexes, via des solutions innovantes, durables et à valeur ajoutée. »

D’où l’idée de s’ouvrir aussi à l’innovation externe. « Concrètement, il s’agit de repérer les produits, les services, les nouvelles manières de travailler, qui sont en train d’émerger dans le secteur de la construction et de l’immobilier », explique Jérôme Constant, Start-Ups Accelerator Manager chez Besix. « Le secteur de la construction n’est pas le plus innovant. Les télécoms, la finance, la biotech… se sont intéressés avant lui aux start-up. »

Cet ancien des télécoms, qui a lancé l’Orange Fab en Belgique et au Luxembourg, sait de quoi il parle. « On constate que depuis 2, 3 ans, il y a de plus en plus de start-up qui voient le jour pour relever les défis et résoudre les problèmes que le monde de la construction connaît (NDLR : manque de digitalisation, lenteur d’exécution, sécurité sur chantiers…) », explique-t-il encore. « En juin 2018, nous avons lancé un accélérateur de start-up “matures”. Ce sont des sociétés qui ont mis au point un produit déjà commercialisable. »

Le groupe recherche des start-up en Europe et partout où il est actif (Canada, Afrique, Australie, Moyen-Orient). « Aujourd’hui, nous en avons neuf dans le programme. Cinq nous ont rejoints en octobre 2018 et quatre viennent de le faire début avril. Nous cherchons des start-up actives dans la construction 4.0, les nouveaux matériaux de construction, la mobilité, l’économie, le Urban Farming… Le programme est sur-mesure et gratuit. De plus, nous avons décidé de laisser ces jeunes pousses se développer dans leur propre écosystème », poursuit Jérôme Constant.

La prise de participation est une ambition et ne sera pas systématique. « Nous offrons du support dans plusieurs domaines (marketing, finance, juridique, financier…) mais plus spécifiquement nous mettons notre expertise construction à la disposition des start-up. Chacune d’entre elles reçoit également au moins un parraineur au niveau du Comité de direction qui met à disposition son réseau clients, partenaires, fournisseurs… Nous allons tester les solutions sur nos sites de construction. »

Une première à Dubaï

D’ores et déjà, des sociétés ont retenu l’attention. C’est le cas de la start-up française CAD 42, spécialisée dans la sécurisation des ouvriers sur chantier, de la start-up espagnole Scaled Robotics qui propose un robot autonome qui effectue des relevés sur chantier, et de la start-up munichoise, Kewazo, active dans la robotique en échafaudage.

Besix a par ailleurs acquis des participations dans Neanex (qui développe un logiciel de collaboration et d’intégration BIM) et PropChain (une application qui numérise les preuves écrites dans le domaine de l’immobilier et centralise les documents pour les propriétaires et autres parties prenantes dans un environnement sécurisé).

Par ailleurs, un laboratoire d’impression béton en 3D a été récemment inauguré à Dubaï. « Plusieurs éléments de l’impression 3 D sont susceptibles d’apporter une réelle valeur ajoutée », explique à ce sujet Jonas Vandeven, directeur Besix 3D à Dubaï. « Il s’agit de la possibilité de concrétiser directement sur chantier des formes architecturales beaucoup plus complexes que celles effectuées en béton classique au départ d’un coffrage. Mais il y a également la vitesse d’exécution. On passe très vite d’un process de design, à une impression directe de cette forme précise avec l’aide d’un bras robotique. Autres avantages : un environnement de travail plus sûr, moins de déchets, d’émissions CO2. Depuis deux ans, nous travaillons notamment sur un projet de brise-lames. C’est un projet très prometteur… »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Ce 10 avril, le président iranien Rohani s’était félicité de l’avancement du programme d’enrichissement des centrifugeuses à Natanz. C’était quelques heures avant l’explosion sur la base nucléaire...

    Proche-Orient: un attentat sur la base de Natanz en Iran relance les tensions avec Israël

  2. d-20201215-GKCXJ8 2020-12-15 15_13_09

    Carte blanche: «La taxe kilométrique à Bruxelles tient la route»

  3. A la fois bricoleur, réparateur, artisan et recycleur, Geoffrey Abbas a fondé la coopérative Namufacture et ouvert une boutique dans le centre-ville de la capitale wallonne.

    La Namufacture valorise des déchets pour décorer votre intérieur

La chronique
  • La chronique «Alternatives»: La nuance, cette provocation

    Le titre du livre est provocateur dans sa modération : Le courage de la nuance.

    A une époque où toutes les radicalités font prime, où même les murmures doivent être de rage et les soupirs d’exaspération, on ne saurait être plus à contre-pied. C’est-à-dire, au fond, plus subversif.

    Quand il devient banal d’envoyer des grenades, c’est l’appel à la nuance qui explose comme une bombe. L’auteur, Jean Birnbaum (le patron, accessoirement, du supplément « Livres » du quotidien Le Monde) ose donc la seule provocation qui soit susceptible, aujourd’hui, de faire scandale : l’appel à s’émanciper des binarismes de plomb qui transforment notre espace intello-médiatique en une arène de guerre civile.

    Hurler, non ! Nuancer. Se libérer des carcans. Interpeller ses propres certitudes. Renvoyer dos à dos Eric Zemmour et Edwy Plenel. Etre capable d’ouvrir des fenêtres qui permettent de sortir de l’auto-enfermement.

    Birnbaum nous offre trois modèles...

    Lire la suite

  • Covid: regarder la réalité en face, arrêter la course aux illusions

    C’est un texte important que nous publions ce lundi, par son contenu et ses signataires. Nathan Clumeck, Marius Gilbert et Leila Belkhir sont trois scientifiques respectés dans cette crise. Depuis le début de la pandémie, ils se sont singularisés par leur volonté de dire aux citoyens ce qui était, sans hurler au loup, sans charlatanisme et en veillant à ne servir aucun discours ou enjeu politique.

    Le texte qu’ils se sont décidé à écrire et à signer ce week-end a été mûrement réfléchi. Ils savent que...

    Lire la suite