Ligue des Nations de volley dames: la Belgique battue par la Pologne (1-3)

@Belga
@Belga

L’équipe nationale féminine belge de volley (FIVB 19) a été battue en quatre sets par la Pologne (FIVB 26) mercredi soir au Lange Munte de Courtrai. Pour leur huitième match de Ligue des Nations de volley, les Yellow Tigers se sont inclinées 22-25, 25-21, 18-25 et 23-25 après 1h58 de match.

Après leur probant succès mardi soir contre la Russie (FIVB 5) en trois sets, les troupes de Gert Vande Broek remettaient le couvert dès le lendemain face aux Polonaises. Malgré les 14 unités de Britt Herbots, Kaja Grobelna et Celine Van Gestel, principaux atouts offensifs belges, les Yellow Tigers ne sont pas parvenues à aligner une seconde victoire de rang. Les Polonaises, emmenées par Magdalena Stysiak (24 pts) et Malwina Smarzek (21 pts) ont été plus réalistes.

Les Belges défieront encore la Serbie, première mondiale et championne du monde, jeudi à Courtrai.

Au classement provisoire, la Belgique pointe à la 9e place, sur seize nations, avec 11 points grâce à 4 victoires pour autant défaites. La Pologne est elle 5e avec 18 points grâce à 5 victoires pour 3 défaites.

Lors des deux premières semaines de compétition, la Belgique a été battue par les Etats-Unis (FIVB 3, 0-3), le champion en titre, la Corée du Sud (FIVB 9, 0-3) et la Chine (FIVB 2, 0-3) mais s’est imposée contre la Bulgarie (FIVB 16, 3-2), le Japon (FIVB 6, 3-1) et la Thaïlande (FIVB 14, 3-0).

Lors de la quatrième semaine de jeu (11-13 juin), les Yellow Tigers se rendront en Allemagne et rencontreront à Stuttgart les Allemandes (FIVB 15), les Néerlandaises (FIVB 7) et les Dominicaines (FIVB 10).

La cinquième et dernière semaine de jeu (18-20 juin) se déroulera en Turquie, avec des duels à Ankara contre les Turques (FIVB 12), les Italiennes (FIVB 8) et les Brésiliennes (FIVB 4).

Douze équipes de base sont assurées d’une place à long terme dans cette compétition. Quatre équipes sont des Challengers : la Bulgarie, la Belgique, la Pologne et la République dominicaine. La dernière parmi celles-ci est reléguée. Pour les Yellow Tigers, il est important de devancer au moins un de ces pays après cinq semaines d’intense compétition afin de conserver sa place parmi l’élite du volley mondial.

L’an dernier, elles avaient réussi à s’assurer une treizième place (4 victoires-11 défaites).

Le tour final à six équipes se déroulera à Nanjing, en Chine, tout comme l’année dernière. En 2018, les Etats-Unis s’étaient imposés en finale 3-2 face à la Turquie.

L’équipe belge : Britt Herbots 14, Kaja Grobelna 14, Celine Van Gestel 14, Dominika Sobolska 8, Marlies Janssens 8, Ilka Van de Vyver 2 ; libero ; Jodie Guilliams, Anna Valkenborg. Montées au jeu : Silke Van Avermaet 1, Manon Stragier 1, Elise Van Sas et Britt Rampelberg

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Elaborer des vaccins et des traitements prend du temps. Dans l’urgence, les chercheurs testent des molécules efficaces contre d’autres virus.

    Comment un laboratoire belge traque le coronavirus

  2. En 2020, la liste des travaux en attente flirte avec les 113
millions d’euros alors qu’il y a moins de 20
millions à distribuer.

    Ecoles: quatre classes sur dix risquent la fermeture dans les 5 à 10 ans

  3. © Photo News.

    Au Parlement, la coalition Vivaldi se démarque pour voter les lois

La chronique
  • Du triomphe des Verts à l’écologie comme religion

    Top là !… Les écologistes autrichiens n’ont pas longtemps hésité avant de signer un accord de gouvernement avec la droite très conservatrice autrichienne.

    Les « Grünen » allemands s’apprêtent à les imiter.

    Trois semaines plus tard, à Paris, l’extrême gauche écolo-anarchisante d’« Extinction-Rebellion » s’attaquait à des succursales bancaires et dégradait, après les avoir envahis, les locaux de la société financière BlackRock.

    Entre les deux événements, c’est le centrisme macronien qui décidait de se repeindre en vert. En vert cru.

    Il existe également un écologisme d’extrême droite, rappelait opportunément Le Figaro  : l’immigration désignée comme une pollution. La ruralité opposée à la ville corruptrice, retour à la terre. Le refus de la PMA ou de la GPA assimilé à un refus des OGM. Contre l’atteinte à l’intégrité de la nature, contre...

    Lire la suite