Greenpeace demande à la Belgique d’interdire la vente de véhicules thermiques d’ici 2028

© Le Soir
© Le Soir

Greenpeace a compilé sur une carte les mesures prises par les villes et pays d’Europe pour diminuer le trafic des véhicules diesel et essence. La Belgique fait partie des Etats à la traîne pour quitter les véhicules thermiques, constate l’ONG environnementale. Celle-ci demande au gouvernement fédéral d’interdire la vente de ces véhicules au plus tard en 2028.

Le secteur des transports représente 22,5% de toutes les émissions de gaz à effet de serre belges, rappelle Greenpeace. «Au vu de l’urgence climatique, il faut entreprendre des changements systémiques d’une ampleur jamais connue dans les dix prochaines années pour éviter d’atteindre le point de non-retour. Le transport est l’un des secteurs-clés», insiste l’organisation.

Plusieurs pays ont déjà annoncé la fin très prochaine de la vente des voitures thermiques: en 2025 en Norvège, en 2030 en Suède, au Danemark, aux Pays-Bas, en Irlande et en Slovénie, et en 2040 en France (2030 à Paris), en Angleterre et en Espagne.

« Ne pas simplement les remplacer par des voitures électriques »

De nombreuses villes ont de plus mis en place des mesures comme des zones de basses émissions, des zones interdites aux voitures et des péages urbains.

En Belgique, deux zones de basses émissions existent à Anvers et Bruxelles, trois autres vont bientôt voir le jour et quelques piétonniers sont créés. Mais il faudrait aller beaucoup plus loin, estime Greenpeace.

«L’enjeu n’est pas de bannir les véhicules thermiques pour simplement les remplacer par des électriques. Des politiques restrictives en matière de circulation motorisée ou de types de voiture doivent toujours être accompagnées de mesures fortes pour renforcer la mobilité active et les transports en commun afin d’être crédibles et socialement plus juste», souligne cependant l’ONG.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Mais je pense qu’on sort de certains livres différents de ce qu’on était en y entrant.
»

    Boris Cyrulnik au «Soir»: «Rien n’est plus vrai que la fiction»

  2. d-20171010-3HCC2E_high

    Le «Salvator Mundi», victime de la «course à l’armement artistique»?

  3. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump...

    Lire la suite