Accueil Monde France

Nicolas Hulot au «Soir»: «Le capitalisme sauvage n’est plus tenable»

Il y a un devoir politique d’entendre la mobilisation écologique, juge Nicolas Hulot. Et il propose un modèle de croissance sélective.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Présentateur-vedette d’« Ushuaïa », ex-ministre de la Transition écologique et solidaire, porte-parole des enjeux planétaires, Nicolas Hulot, l’homme qui murmurait à l’oreille des Présidents, ne se destinait en rien à ce destin hors-du-commun. La politique n’a pas quitté le regard de l’ancien ministre de la Transition écologique et solidaire.

Aux élections européennes, de nombreux partis se sont emparés de l’écologie et les Verts ont fait une percée dans plusieurs pays. Vous êtes plus optimiste que lorsque vous aviez quitté le gouvernement français à l’été 2018 ?

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, lundi 10 juin 2019, 9:25

    C est l hôpital qui se moque de la charité venant de ce multimillionnaire bon je l ai fait mais maintenant pour vous c est mieux que ce soit terminé, pitoyable

  • Posté par Morgenthal Jean-Claude, dimanche 9 juin 2019, 16:50

    Le gros problème avec certaines formations et partis écologiques, est qu'ils se retrouvent souvent instrumentalisés par des intérêts minoritaires et pas toujours proches de la cause écologique. Ecolo Belgique et Groen en sont le parfait exemple.

  • Posté par Gits Gisèle, dimanche 9 juin 2019, 19:08

    Qu'entendez-vous par " intérêts minoritaires" ?

Aussi en France

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs