Coalition fédérale: les informateurs estiment qu’«aucune majorité» n’est possible avec le Belang ni le PTB

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte rencontre le roi Philippe
Didier Reynders et Johan Vande Lanotte rencontre le roi Philippe - Photo News

Les informateurs royaux, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte, ont rencontré le Roi au Palais ce jeudi à 14h pour lui faire rapport de l’état d’avancement de leur mission. A leur demande, ils ont été prolongés jusqu’au 17 juin, jour où ils remettront un nouveau rapport. D’ici là, « ils continueront à oeuvrer pour permettre la formation d’un gouvernement dans les meilleurs délais », a communiqué le Palais.

« Un scénario comme celui vécu en 2011 n’est pas possible », a commenté Didier Reynders en conférence de presse, rappelant que l’actuel gouvernement n’a pas les mêmes pouvoirs que celui de l’époque, puisqu’il n’a pas la majorité. « Tous les intervenants politiques sont conscients qu’il faudra entamer le plus vite possible les discussions pour former un gouvernement fédéral », a-t-il souligné.

Coalition fédérale : les affaires courantes s’annoncent compliquées

A la question de savoir si les informateurs ont rencontré le Vlaams Belang, Johan Vande Lanotte a repondu par la négative : « Puisque les partis ne veulent pas travailler avec eux, ce n’est pas utile de les rencontrer ». Didier Reynders a rajouté que « pour former un gouvernement, il faut au moins un parti francophone, et aucun parti francophone ne veut gouverner avec le Vlaams Belang ».

Pour la même raison, les informateurs n’ont pas non plus rencontré le PTB « car il n’y a pas de majorité possible à construire autour ».

Maxime Prévot a bien été reçu pour le CDH mais suite au choix des humanistes de siéger d’office dans l’opposition, il ne sera pas invité de nouveau par les informateurs.

En ce qui concerne le communautaire, les informateurs sont restés flous : « Nous ne parlerons pas du contenu, c’est la moins bonne des choses à faire vu à quel point la situation est compliquée ».

Désignés jeudi passé, les informateurs sont chargés d’« identifier les défis à relever par notre pays, et les possibilités ainsi que les conditions nécessaires en vue de former un gouvernement fédéral ». Dans le cadre de cette mission, il leur est demandé de garder « le contact avec les responsables des négociations dans les Régions et Communautés ».

Didier Reynders (MR) et Vande Lanotte (SP.A) ont achevé cette semaine un premier tour de consultations discrètes de représentants de partis politiques ainsi que d’institutions et d’organisations hors du champ politique. Ils entendent fixer les principaux défis socio-économiques qui attendent le pays.

Quelles coalitions possibles au fédéral ? Faites le test

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190906-3VY1PT 2019-11-05 21:25:44

    Coalition fédérale: le CDH n’exclut plus une participation

  2. Le Parti socialiste de Pedro Sánchez reste le premier, avec 120 sièges sur 350. Mais bien loin de la majorité... © AFP.

    Elections: l’Espagne toujours à la recherche d’une majorité

  3. Le professeur avait souvent été dénoncé pour ses violences. Contre des étudiants. Mais surtout sur des femmes dont certaines avaient déposé des plaintes.

    Le professeur russe qui se prenait pour Napoléon a tué et démembré sa compagne

La chronique
  • L’Otan doit-elle suspendre son vol?

    Il y a un côté enfantin chez Emmanuel Macron, mais au sens de l’enfant du fameux conte d’Andersen qui s’écrie « Le roi est nu ! », provoquant ainsi le rire libérateur des sujets qui n’osaient pas s’avouer à eux-mêmes que leur souverain se promenait totalement à poil.

    En l’occurrence, Macron n’a pas fait rire mais, en déclarant dans une interview au magazine britannique The Economist, que l’Otan était « en état de mort cérébrale », il a dit très exactement ce que tout le monde sait, ce que tout le monde voit, mais que seul un esprit un peu enfantin pouvait oser dire. Angela Merkel a d’ailleurs trouvé la bonne expression : elle n’a pas dit que c’était faux (personne n’a vraiment dit que c’était faux !), elle a simplement fait remarquer que c’était « intempestif ». Intempestif signifiant exactement, si l’on se réfère au dictionnaire : « C’est vrai, mais ce n’est pas le moment de le dire. »...

    Lire la suite

  • Otan: le réveil de Macron, le risque de la division

    Il faut ouvrir la bouche quand on pense pouvoir exprimer clairement une opinion : c’est peu diplomatique, mais je ne suis pas un diplomate, je suis un politique. » Non, ce n’est pas là Emmanuel Macron qui parle. C’est le président sortant du Conseil européen, le Polonais Donald Tusk, qui, peu avant de tirer sa révérence, accorde au Soir un long entretien.

    ...

    Lire la suite