Brexit: la Première ministre Theresa May démissionne ce vendredi

Brexit: la Première ministre Theresa May démissionne ce vendredi

La Première ministre britannique Theresa May démissionnera officiellement de ses fonctions ce vendredi 7 juin, sans avoir pu concrétiser le Brexit, trois ans après le référendum qui l’avait décidé par 51,9% des voix.

Le mandat de Mme May, aux airs de chemin de croix tant elle a rencontré d’obstacles, de critiques voire de complots au sein de son propre parti, restera avec 1.059 jours, l’un des plus courts de l’histoire des Premiers ministres britanniques depuis la Deuxième Guerre mondiale. Elle est aussi la 4e dirigeante conservatrice à chuter sur l’Europe, après Margaret Thatcher, en 1990, John Major en 1997 et David Cameron en 2016.

Son successeur au 10 Downing Street sera nommé par le parti conservateur d’ici le 20 juillet, avec pour grand favori l’ex ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, champion des Brexiters. D’ici là, Mme May assurera la transition.

Dès sa prise de fonction en juillet 2016, la dirigeante conservatrice a affiché sa détermination à concrétiser le Brexit. Bien qu’eurosceptique, elle n’avait pourtant pas fait campagne pour la sortie de son pays de l’Union européenne en amont du referendum.

Début 2017, elle expoe ses plans pour un Brexit dur, fixant plusieurs lignes rouges pour le Royaume-Uni, avant d’enclencher officiellement en mars de la même année le processus de sortie.

Désireuse d’asseoir son autorité avant d’entamer les négociations avec l’UE, Mme May a ensuitre pris la décision de convoquer des élections législatives anticipées. Ces dernières se soldent, le 8 juin 2017, par un revers cinglant pour sa formation.

Le Parti conservateur doit finalement s’associer avec le petit parti nord-irlandais ultra-conservateur DUP pour pouvoir gouverner. Cette alliance lui causera par la suite bien des soucis.

Un adoucissement et des démissions

Laborieuses, les négociations avec les Européens sur le divorce avancent à petit pas. En décembre 2017, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et Mme May annoncent être parvenus à un accord initial sur les trois dossiers prioritaires de la séparation : le règlement financier, les droits des citoyens expatriés et le sort de la frontière entre l’Irlande du Nord britannique et la République d’Irlande, pays membre de l’UE.

Ces «progrès suffisants» permettent d’ouvrir une deuxième phase de discussions, incluant cette fois la relation future entre Londres et l’UE.

Le 6 juillet 2018, de sa résidence de campagne de Chequers (nord-ouest de Londres), Theresa May expose cette fois son plan pour une relation commerciale post-Brexit: maintenir les échanges industriels et agricoles en créant une «zone de libre-échange» avec les 27 et un «nouveau modèle douanier».

Cet adoucissement de la position britannique provoque la démission de deux poids lourds du gouvernement: le ministre du Brexit David Davis, remplacé par l’eurosceptique Dominic Raab, et Boris Johnson, auquel succède Jeremy Hunt.

Le backstop coince

Le 13 novembre, Downing Street annonce que les négociateurs britanniques et européens sont finalement parvenus à conclure un projet d’accord technique, accompagné d’une période de transition. Le lendemain, un conseil des ministres britannique très divisé approuve l’accord mais quatre membres du gouvernement démissionnent, dont Dominic Raab.

L’accord conclu règle notamment la question de la facture que devra payer Londres à l’UE, évaluée entre 40 et 50 milliards d’euros, et prévoit la disposition très controversée du «filet de sécurité», ou «backstop» en anglais, qui prévoit en dernier recours un statut particulier pour l’Irlande du Nord pour éviter le retour d’une frontière physique avec l’Irlande voisine.

Soumis à trois reprises au vote à la Chambre des communes, l’accord de Mme May est chaque fois rejeté. Ces diverses tentatives de compromis n’y feront rien. Face à ces échecs répétés et au refus des Européens de rouvrir le texte à la négociation, la dirigeante conservatrice a finalement décidé de jeter l’éponge.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite