Accueil Culture Musiques

The Divine Comedy Office politics

Divine Comedy Records.

Le 27 octobre au Cirque royal (Bruxelles).

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Avec seize nouveaux titres pour ce douzième album, trois ans après le magnifique Foreverland et une tournée qui, ne fût-ce qu’au BSF sur la place des Palais, valait son pesant d’or, on peut dire que Neil Hannon traverse en ce moment une passe pour le moins très inspirée.

Sur ce Office Politics dédié aux machines infernales (à l’image du titre Infernal Machines), il pousse encore plus loin son rôle de bouffon de la société de consommation, tirant à vue sur tout ce qui bouge. Queuejumper, en ouverture, parle de ceux (très rare en Albion très civique) qui sautent les files. Absolutely Obsolete évoque nos appareils connectés, tout l’album thématique abordant le déboussolement face aux journées de travail et la façon dont le monde tourne mal.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs