Hockey Pro League: double confrontation des Red Lions et Red Panthers contre les Pays-Bas ce week-end

belga
belga

En disputant les neuvième et dixième rencontres sur les quatorze programmées en phase régulière d’ici le 23 juin, les hommes de Shane McLeod, champions du monde et N.1 mondiaux, entameront la dernière ligne droite de leur campagne dans cette compétition.

Les Néerlandais, N.3 mondiaux, champions d’Europe en titre, auront à coeur de prendre leur revanche sur le titre mondial perdu face aux Belges aux shoot-outs, en décembre dernier en Inde.

Si la Belgique, deuxième au classement de la Pro League à un souffle de l’Australie, est quasi-assurée de participer au Final Four de fin juin à Amsterdam, les joueurs de Max Caldas, actuellement troisièmes, doivent encore empocher quelques points afin d’éviter un retour des nations derrière elle, comme l’Argentine (4e), l’Allemagne (5e) ou la Grande-Bretagne (6e), toutes très proches des Pays-Bas au classement.

Le meilleur joueur au monde, Arthur Van Doren, épargné lors des duels contre la Grande-Bretagne et l’Allemagne, effectuera son retour chez les Red Lions, tout comme l’attaquant Maxime Plennevaux.

Fidèle à son système depuis le début de la compétition, le staff technique de McLeod fera tourner son effectif. Une partie de l’équipe (Tanguy Cosyns, Simon Gougnard, Alexandre Hendrickx et Nicolas De Kerpel) sera alignée seulement samedi à la Wilrijkse Plein (13h30), tandis que l’autre (Sébastien Dockier, John-John Dohmen, Emmanuel Stockbroekx et Loïck Luypaert) ne figure que sur la feuille de match du dimanche à Den Bosch (16h00).

Les Red Panthers aussi ont opté pour une rotation afin d’éviter les pépins physiques et de garder un peu de fraîcheur au sein de l’équipe.

Alors que son groupe était resté fort identique depuis début avril, Niels Thijssen a cette fois rappelé son ancienne capitaine Anouk Raes, rétablie après quelques problèmes de santé, ainsi que Joanne Peeters, la gardienne Elodie Picard et la jeune Namuroise Lucie Breyne, qui sera alignée pour ses deux premiers matchs officiels (3 capes en matchs amicaux).

Face aux championnes du monde et d’Europe en titre, également intouchables lors de cette première édition de Pro League (9 victoires en 10 matchs), les Belges (FIH-13) n’auront rien à perdre.

Quatrièmes au classement, elles joueront crânement leur chance. D’autant plus que les N.1 mondiales ont marqué quelques signes de fatigue lors de leurs dernières sorties, ne s’imposant que d’un petit but d’écart dans ses deux récentes confrontations face à l’Allemagne et par 2-0 contre les Britanniques il y a une semaine à Eindhoven.

La Belgique, qui jouera ses onzième (samedi 15h30 à Anvers) et douzième (dimanche 13h30 à Den Bosch) rencontres de Pro League, cherchera à obtenir son éventuelle qualification pour le Final Four d’Amstelveen dans le ’money time’ de ses quatre dernières rencontres: le 12 juin contre l’Allemagne à Krefeld, ou le 16 contre la Nouvelle-Zélande, le 19 contre l’Australie ou le 23 juin face à l’Argentine, ces trois derniers matchs se disputant à domicile, à Anvers.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

  3. FRANCE-LEONARDO-DA-VINCI-EXHIBITION

    Le Louvre met à l’honneur le vrai Léonard de Vinci

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Une réforme des pensions doit être socialement acceptable

    Les hommes politiques se trompent parfois (pardonnez l’euphémisme). Après tout, ils sont faits du même bois que nous. Mais quand ils annoncent qu’il faut réformer notre système de pensions, ils ont raison.

    Tout a changé

    Notre premier pilier de pensions s’est construit au lendemain du dernier conflit mondial. La période des « Trente glorieuses » lui a donné sa solidité, en même temps que le « Baby-boom...

    Lire la suite