Accueil Monde Union européenne

Brexit: Theresa May démissionne officiellement de la tête du Parti conservateur

Son successeur aura la lourde tâche de mettre en œuvre le Brexit.

Temps de lecture: 2 min

La Première ministre britannique Theresa May a quitté vendredi la tête du Parti conservateur, ouvrant officiellement la course à sa succession dont le vainqueur aura la lourde tâche de mettre en œuvre le Brexit. « Elle a démissionné », a annoncé le Comité 1922, responsable de l’organisation du Parti conservateur, dans un communiqué.

Theresa May, en larmes, annonce sa démission (vidéo)

Après sa démission de la tête des Tories, Theresa May restera dans ses fonctions jusqu’à la désignation de son successeur par les conservateurs, d’ici à la fin juillet. Au Royaume-Uni, le poste de Premier ministre échoit de droit au chef du parti qui réunit une majorité suffisante pour gouverner au Parlement.

Un départ que la montée en puissance du Parti du Brexit du populiste Nigel Farage rend plus amer encore. Fondée il y a quelques mois et décidée à mettre fin au bipartisme britannique, cette formation europhobe a remporté la mise aux Européennes fin mai avec 31,6 % des suffrages.

Démission de Theresa May : les 7 raisons de sa disgrâce

Boris Johnson, le favori

Parmi les onze candidats en lice, le député conservateur Boris Johnson, 54 ans, ancien maire de Londres, ancien ministre des Affaires étrangères et champion des Brexiters, fait figure de favori.

La réaction de Boris Johnson suite à la démission de Theresa May

Très apprécié par les militants de la base du parti, cet homme politique habile et charismatique, suscite en revanche des réactions plus contrastées du côté des députés tories, qui doivent sélectionner à partir de mercredi deux candidats qui seront ensuite départagés par les militants.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par CHAPAUX THOMAS, vendredi 7 juin 2019, 17:21

    J'ai toujours soutenu Theresa May pour deux raisons : - Elle a du charme et du style, mais ça bon, voilà quoi - Elle a eu un vrai chemin de croix et je la regretterai car ce n'est pas normal qu'elle soit le bouc-émissaire. J'aime bien boris Johnson, mais bon, il a un peu l'air d'un Baloo dans un Disney, no offence intended. Bref, il est bien loin le temps d'un John Lennon et d'une Yoko qui voulais un pays pour toute la planète, sans dieu ni maître, juste a brotherhood of men.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs