Accueil Belgique

Tim’, Tina et les mauvais garçons

Analyse

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Il faut un gouvernement rapidement. Pour travailler sur les questions d’emploi, de mobilité et d’énergie. Le patron de la FEB a parlé. Et on ne saurait lui donner tort. La Belgique ne peut s’offrir le luxe d’une nouvelle parenthèse institutionnelle. Car les urgences sont ailleurs. Et quand le politique n’apporte pas de réponse aux citoyens, ceux-ci le lui font payer dans l’isoloir. Ainsi s’expliqueraient les votes vers des extrêmes opposés survenus en Flandre et en Wallonie, ce 26 mai.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs