Accueil Belgique

Trottinettes électriques: Bruxelles va définir des zones de stationnement interdites

Les opérateurs qui ne débarrasseraient pas les engins seront sanctionnés, pas les usagers.

Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Réduction de la vitesse autorisée, interdiction de rouler sur les trottoirs – sous peine d’amende –, restriction du nombre d’opérateurs et bridage à 8 km/h dans certaines zones géographiques… La maire de Paris Anne Hidalgo a tapé fort pour réglementer l’usage des trottinettes électriques, qui devenait un brin chaotique dans la capitale française. A Bruxelles, le succès phénoménal des petits bolides électriques charrie aussi son lot de pagaille et une colle pour les autorités : comment cadrer cette nouvelle mobilité verte sans risquer de décourager ses utilisateurs ?

« La question se pose un peu différemment en Belgique car le cadre est plus clair », souligne Benoît Godart, porte-parole de Vias. « Les trottinettes n’ont déjà pas le droit de circuler dans les zones piétonnes, sauf à s’adapter à la vitesse du pas, soit 5-6 km/h maximum. »

Responsabiliser les opérateurs

Le principal enjeu tient au stationnement. Abandonnées un peu partout sur les trottoirs, les trottinettes en viennent à entraver la circulation des piétons et à poser des problèmes de sécurité pour certains publics (les personnes malvoyantes par exemple). Après consultation des communes, la Région vient d’établir une carte des zones rouges dans lesquelles il sera interdit de laisser stationner les engins. « Toute la zone Unesco du centre-ville mais aussi une partie de la rue de la Loi ou le parc Josaphat seront par exemple concernés », expliquer Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles Mobilité. Concrètement, la Région entend responsabiliser les opérateurs qui prendront une amende si une trottinette est laissée plus de 24h dans un espace interdit. L’idée étant que les points de dépôts soient déplacés hors de ces zones. Pas question pour l’instant de sanctionner les usagers – une option également écartée par Lime le plus gros opérateur à Bruxelles –, ni de créer des zones de stationnement spéciales, comme un temps évoqué.

La Région, qui vient avec une proposition claire et espère une « position identique et valable pour les 19 entités », vient de communiquer la carte aux communes et aux opérateurs. Un document accueilli plutôt fraîchement à Saint-Josse, où Emir Kir (PS) a interdit tout stationnement dans la commune en dehors de quatre zones identifiées. « C’est en cours d’analyse », avance le bourgmestre, qui ne compte pas infléchir sa politique. « La Région donne une indication, elle ne peut pas empêcher une commune d’interdire le stationnement pour des raisons de sécurité. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Maison Médicale , dimanche 9 juin 2019, 10:24

    Il y a aussi un gros problème de sécurité le soir et la nuit: le phare arrière se trouve à ras du sol, pas de casque et ces jeunes hommes sont souvent habillés en noir... Conclusion: s'ils circulent sur la chaussée on le les voit pas.

  • Posté par Clodong André, samedi 8 juin 2019, 9:41

    La commune la plus pauvre de la région bruxelloise fait bande à part. Tant pis pour ses habitants pour qui la mobilité est souvent réduite.

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une