Accueil Monde

Pour l’ONU, bannir l’IVG est contraire aux droits humains

Haut-Commissaire adjointe de l’ONU, Kate Gilmore s’attaque à ceux qui veulent priver les femmes du droit à l’avortement. Interdire l’IVG ne fait pas diminuer le nombre d’avortements mais met la vie des femmes en danger.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 3 min

La politique américaine qui veut aboutir à l’interdiction de l’avortement aux Etats-Unis s’apparente « clairement à de la torture. C’est une privation du droit à la santé » : pour Kate Gilmore, Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l’homme, qui s’est exprimée dans The Guardian, il s’agit d’une forme de « haine extrémiste », « une violence contre les femmes basée sur le genre ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs