Le vent prive Nafi Thiam du record de Belgique de la longueur

Le vent prive Nafi Thiam du record de Belgique de la longueur
Belga

Des épreuves de perche et de disque annulées et une piste jonchée de feuilles : au meeting Gouden Spike de Leiden, aux Pays-Bas, le vent a aussi joué les trouble-fête en ce début de week-end. A deux semaines de sa grande rentrée sur heptathlon, au Décastar de Talence, cela n’a pas empêché Nafissatou Thiam d’effectuer une très bonne répétition générale, ce samedi, même si ses performances ont été largement influencées par les conditions climatiques.

La championne olympique, du monde et d’Europe a commencé sa journée par une victoire convaincante sur 100 m haies en 13.62, avec un vent défavorable de 1,4 m/s, en devançant les Néerlandaises Esselink (13.88) et Vetter (13.88). Un chrono à 28 centièmes de son record personnel, qui aurait été plus significatif et éclairant s’il avait soufflé dans l’autre sens.

« J’ai pris un bon départ, je me sentais bien mais il y a eu un coup de vent dans la course qui m’a un peu déstabilisée », a-t-elle expliqué. « Après, j’étais moins relâchée pour les deux dernières haies. Mais 13.62 pour une première course, avec vent négatif, c’est très prometteur. Même sans vent défavorable, d’ailleurs, je l’aurais pris ! »

En longueur (1), dans une partie du stade moins protégée, et alors que tombaient la nuit et le froid (12º), elle a fait encore mieux en s’imposant avec un bond à 6,65 m, un saut qui lui aurait enfin permis de s'emparer du record de Belgique de Sandrine Hennart (6,63 m) établi en 1996... si l'anémomètre n'avait pas indiqué +4,1 m/s, loin des 2 m/s autorisés. Mais son deuxième essai, validé lui à 6,55 m (+1,5 m/s), le 7e de sa carrière, l'a amplement satisfaite. Et deux autres essais mordus l’ont laissée pleine d’espoir.

« Ce sera pour la prochaine fois ! » a-t-elle déclaré. « Mais pour une première compétition (NDLR : internationale), je ne m’attendais pas à faire aussi bien, surtout à la longueur. Le vent tournait constamment, pour les marques, c’était compliqué. Mais si j’arrive à faire ça dans des conditions aussi mauvaises, je me dis que quand le vent et la chaleur seront de mon côté, je pourrai faire beaucoup mieux. On a bien géré. Il ne m’a pas manqué grand-chose… »

(1) Le concours de Thiam : 6,13 m (+ 1,5 m/s) – 6,55 m (+ 1,5) – nul – 6,65 m (+ 4,1) – 6,55 m (+ 2,4) – nul.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite